Vient de paraître aux éditions du CNRS le bilan de ce que furent la vie scientifique et la carrière de Pierre Bourdieu. Soit un énorme volume de 964 pages en forme de dictionnaire rassemblant 646 entrées et un grand nombre de collaborations. Un tel volume qui ouvre en introduction sur un mode d’emploi se dresse devant nous tel un monument ou une stèle. Il vient à son heure alors que Bourdieu est mort au début du XXIe siècle mais qu’il continue à inspirer de nombreux travaux et à être abondamment cité de par le monde.

Dans la ligne du si réjouissant Peut-on parler des livres qu’on n’a pas lus, voici que nous lisons Comment parler des faits qui ne sont pas produits ? ou, plus justement, « qui ne se sont pas produits sous cette forme ? » C’est défendre là un sacré paradoxe au moment où ce menteur invétéré de Donald Trump tente de se faire réélire Président US à coups de fake news.

Au fil des ans, Jean-Pierre Martin nous a donné de beaux essais sur Queneau, Michaux ou Orwell. Il y a peu, c’est au thème stimulant de la curiosité qu’il consacrait un ouvrage régénérateur. Mais changement de cap cette fois avec un propos terriblement d’époque et combien douloureux : la folie dans ses variétés et telle qu’elle semble se répandre tout autour de nous.

Tansonville encore. Gilberte y lit une nouvelle de Balzac, La Fille aux yeux d’or, récit d’une passion entre femmes. Avec l’intention, prétend-elle, de se porter à hauteur de la culture de ses oncles Guermantes. Suivra ce commentaire du roman : « “Mais c’est absurde, invraisemblable, un beau cauchemar. D’ailleurs, une femme peut, peut-être, être surveillée ainsi par une autre femme, jamais par un homme” ».