Le terme de performance est souvent associé aux arts du spectacle ou aux arts plastiques. Pourtant les écrivains pratiquent de plus en plus ces lectures performées, la richesse du festival Actoral en témoigne chaque année comme celle d’Extra à Beaubourg. Ces lectures-spectacles et mises en espace que proposent désormais de nombreux auteurs sont pour eux une manière autre d’incarner le texte, de mettre en scène le corps et la voix de l’écrivain, de prolonger l’expérience de lecture (ou de la susciter) par une re-présentation qui en éclaire ou en complexifie les enjeux. Un colloque international se tiendra à Montpellier, du 31 janvier au 2 février prochains, pour interroger ces pratiques du champ littéraire contemporain, ce mode singulier de présence des auteurs et en déployer les enjeux : spectacle, stratégie publicitaire ou invention poétique ?

Camille de Toledo

Dans quelle langue écrire ? Dans quelle langue articuler son récit ? Depuis quels mots venir rendre du monde la mesure ou la démesure active ? Telles pourraient être, en apparence simples et premières, les questions qui viendront se déployer tout au long de l’avant-dernière demi-journée de la 11e édition des Enjeux contemporains qui se tiendra ce samedi.

Claude Simon (1913-2005), victime malgré lui d’un canular réactionnaire

Claude Simon, ce serait, décidément, mort ou vivant, l’éternelle bataille de la phrase. Telle serait la conclusion hautement morale et finement désabusée qui viendrait conclure le canular dont chacun depuis lundi s’émeut : deux amis, Serge Volle, écrivain et peintre de 70 ans et un « ami écrivain très connu dont Volle ne veut pas dire le nom » affirment qu’aucun éditeur aujourd’hui « n’accepterait de publier Claude Simon ». Décision est alors prise d’envoyer 50 pages du Palace, roman de Claude Simon, à « dix-neuf éditeurs, petits et grands ». Le constat est sans appel : sur les 19 éditeurs dont le nom demeure un mystère dans l’histoire de l’humanité, 7 ne prennent pas la peine de répondre quand 12 le refusent au prétexte notamment de « phrases sans fin… qui font perdre le fil au lecteur ». La démonstration serait donc faite, et elle prendrait les allures d’un crime de lèse-majesté de la Littérature même : le Prix Nobel de 1985 ne pourrait plus être publié en 2017.

Camille de Toledo

En écho à la deuxième saison de son cycle « Histoire du Vertige » à la Maison de la Poésie de Paris, Camille de Toledo s’est livré le temps d’un grand entretien pour Diacritik sur les grandes lignes critiques et poétiques de son travail. Avant de se consacrer mardi dès 19 h lors du second épisode au Livre de l’intranquillité de Pessoa, Camille de Toledo évoque les généalogies brisées, la littérature comme puissance de savoir et la mort comme intime frontière entre vérité et fiction.

Sur une proposition d’Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós, aura lieu, le 7 octobre de 19h à 2h, à l’occasion de la Nuit Blanche « Le Procès de la fiction ». Cet évènement prendra la forme d’un procès d’assises, où se jouera le procès de la frontière entre fait et fiction qui se déroulera dans la salle du conseil de Paris, dans l’hôtel de Ville et qui réunira notamment Françoise Lavocat, Laurent de Sutter, Dorian Astor, Camille de Toledo, Eric Chauvier, Maylis de Kerangal, Dominique Viart ou Jacques Rancière encore.

Camille de Toledo © Ida Jakobs

« Ce que j’espère, du lecteur, c’est de l’interprétation ».
Camille de Toledo

Le livre de la faim et de la soif est un roman difficile à présenter parce que ses qualités ont la même teneur que le cœur fuyant de l’existence qu’elles nous font toucher du doigt : elles sont aisées à ressentir mais périlleuses à saisir avec les mots de la langue.
Camille de Toledo a construit un dispositif de narration complexe, un labyrinthe miroitant dont les facettes nombreuses se reflètent les unes les autres dans une incandescence narrative qui nous immerge au cœur du tumulte de notre monde en pleine mutation. Du début du livre jusqu’à la fin, le lecteur se trouve précipité dans la quête aventureuse d’un personnage abyssal, un livre à vrai dire, avec ses pages et sa reliure, un livre donc, obsédé par le désir de sortir de lui-même pour entrer dans la vie.

Dans le sillage de la parution de son remarquable Livre de la Faim et de la Soif, Camille de Toledo présentera ce mercredi 17 mai à 19h l’épisode 9 de son Histoire du vertige à la Maison de la Poésie de Paris en partenariat avec Diacritik et Remue.net.
 Dans ce neuvième épisode, il sera question du « Bartleby » de Melville, du procès contre le Madame Bovary de Flaubert, de la façon dans le régime moderne de la fiction s’est défini à partir de cette séparation juridique qui lui assure une « irresponsabilité » et comment, à l’ère d’un enchevêtrement fictionel-réel, cette séparation peut être repensée.

Du 23 au 28 mai prochain, Marseille battra au rythme d’un nouveau festival, Oh les beaux jours !, dont le titre se veut « cri de ralliement ».
Mêlant littérature, photographie, musique, BD, sport, expositions, rencontres, débats et ateliers, Oh les beaux jours ! est un ravissement quotidien, selon le principe des « frictions littéraire ».
Après 2013, Marseille, capitale européenne de la culture en 2017 ?

Dans le sillage de la parution de son remarquable Livre de la Faim et de la Soif, Camille de Toledo présentera ce mercredi 19 avril à 20h l’épisode 8 de son Histoire du vertige à la Maison de la Poésie de Paris en partenariat avec Diacritik et Remue.net.
Dans ce huitième épisode, l’écrivain entamera une réflexion sur Tandis que j’agonise de Faulkner, sur la multiplication des points de vue, sur le cercueil d’Ismaël – à la fin de Moby Dick – et sur la manière dont le cercueil continue de se construire dans le « Tandis que j’agonise », comment s’organise une vie dans « l’après », quand la fin est déjà finie et que tout se poursuit.

Ce mercredi 15 mars se déroulera l’épisode 7 de l’Histoire du vertige brossée par Camille de Toledo à la Maison de la Poésie de Paris en partenariat avec Diacritik et Remue.net.
Dans ce septième et nouvel épisode, Camille de Toledo entamera une réflexion sur les généalogies vertigineuses à partir des Disparus de Mendelsohn ou comment faire une archéologie de l’effacement, et comment incidemment passer du 20e au 21e siècle…