Portraits

Les César, le Festival de Cannes se plient à leur manière à la pratique obligée de l’hommage avec la séquence « ils nous ont quitté cette année »… et la rubrique « Portraits » de Diacritik a parfois pris des allures d’obituaire, au corps défendant de la rédaction tout en assumant la relative nécessité de l’exercice. Mais dans ces pages, si Cimino, Bonnefoy, Bowie, Ricardou, Prince, Scola, Akerman, côtoient Daho, Lefranc, Benoît Virot, Renaud Monfourny, Enki Bilal, c’est pour mieux revenir, analyser, éclairer, en prenant le temps du recul et pour aller plus loin que l’immédiateté journalistique. Pour « Portraitiser » en somme, pour reprendre le terme de Jean Vautrin dans Le voyage immobile.

Capture d’écran 2016-08-14 à 11.25.46

Yorick, « prince d’Aquitaine à la tour abolie » comme l’écrivait Nerval d’un autre désespéré, a tenu des chroniques dominicales dans les colonnes de Diacritik, commenté le monde et ses événements de sa prose noire et ironique, fragments et éclats d’un chaos qu’un regard et une vision viennent unifier. L’identité mystérieuse de Yorick a suscité de nombreuses questions de nos lecteurs. Mais tout juste peut-on relire sa biographie décalée (par lui-même écrite) ou ses textes, qui construisent son être, par essence textuel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

DAstérix à Zep, en passant par Tardi, Enki Bilal ou Manu Larcenet, Spirou et Fantasio revisités ou Largo Winch largué, la bande dessinée est présente sur Diacritik depuis sa création avec une volonté d’embrasser le 9ème art dans sa diversité, son caractère incontournable dans le champ culturel, qu’il s’agisse d’albums ou d’auteurs « grand public », de découvertes de pépites moins exposées. Avant de repartir pour une deuxième saison – avec de nouvelles rubriques actuellement en préparation –, retour sur les articles, critiques, interviews, prépublications ou analyses signés Nicolas Tellop et Dominique Bry. Une année de papiers à bulles sur Diacritik.

bowie 1

 

Pour beaucoup d’entre nous, la musique et l’univers de David Bowie ont en partie, mais fortement, composé le paysage de nos existences. Si sa mort, le 11 janvier 2016, a été celle d’un artiste génial, elle a pu aussi renvoyer à des choses plus personnelles : souvenirs, émotions, prises de conscience, affects, découvertes – une certaine intelligence des choses, du monde et de soi. Plusieurs articles publiés dans Diacritik à l’occasion de la disparition de Bowie portent la marque de cette dimension personnelle et importante du rapport à ce que l’artiste a pu créer.

Prince par Rodho

La musique adoucit les mœurs, dit l’adage. Et ce ne sont pas Galien de Pergame, MC Solaar ou Arnaud Rakoon qui prétendront le contraire. Avec 1Song1day ou Into the Groove, les rubriques musicales de Diacritik saison 1 signées de notre spécialiste attitré, la musique a bien évidemment droit de cité au sein du magazine. Ni compil’, ni best-of, Un été 2016 : Sing City, c’est un retour sur les découvertes et les coups de cœur, mais aussi (et malheureusement in memoriam), un regard dans le rétro de l’année avec les décès de David Bowie – premier choc tellurique – et de Prince –  réplique aux effets non moins planétaires.

Capture d’écran 2016-07-03 à 10.54.15

L’œuvre de Liliane Giraudon est parmi les plus belles et les plus intéressantes d’aujourd’hui. Œuvre subversive autant du point de vue de la langue, de ses codes, que du point de vue des corps, des identités, des genres (dans tous les sens du terme). Œuvre subversive et novatrice dans les modalités du rapport au monde, aux autres et à soi qu’elle crée et valorise.

Capture d’écran 2016-07-01 à 10.54.36

Vendredi 1er juillet : n’en déplaise à la météo, l’été est là, pour certains ce sont les premiers départs, rêves d’archipels et exils sur le sable, horizon bleu. D’autres voyageront immobiles, « à quoi bon bouger quand on peut voyager si magnifiquement dans une chaise » comme l’écrivait Huysmans, parangon des A Rebours.

Diacritik s’installe aussi dans son rythme estival : des articles inédits toujours, de nouvelles signatures durant tout l’été, et des projets passionnants et fous pour septembre. Pour nos critiques littéraires, une pile de 560 nouveautés françaises et étrangères traduites — le chiffre est tombé via Livres Hebdo, ici on ne compte pas — à découvrir, arpenter, des choix à opérer, des entretiens à mener (certains sont déjà dans la boîte). L’été est un paradoxe pour les acteurs du monde du livre, leur farniente est un « ad legendum« . La rentrée littéraire commencera mi-août, dans vos librairies comme dans nos pages.