Les coulisses de la rédaction (12) et un abécédaire (Sophie Quetteville)

20141025_094406

Dans Diacritik, cette semaine, Tara Lennart nous a chanté Take my Bret away, Jérémy Sibony un Wish me Luke, tous ces titres alternatifs sous copyright Johan Faerber, le king de la punchline. Petit retour sur 7 jours chargés et une diacritique en abécédaire : Sophie Quetteville.

Cette semaine fut très deleuzienne : Jean-Philippe Cazier a lancé sa rubrique Deleuze aujourd’hui, avec deux premières signatures (Jean-Clet Martin et Juliette Mezenc).
Nous nous sommes beaucoup entretenus : avec Denis Robert, Benoît Virot, Alban Lefranc, Frank Smith, Kerry Hudson, Franck Bourgeron, on a parlé BD (Undertaker, et l’annonce de la sélection officielle du festival d’Angoulême 2016), livres (Mohicans, A y voir de plus près, Le Cri de la poupée, BBE, La Couleur de l’eau, Duras et James), cinéma (Brian de Palma, Star Wars), revues (des belges, des dessinées),
on a accueilli des signatures (Véronique Bergen, Amaury da Cunha), Fred le Chevalier a transformé nos colonnes en murs avec ses collages et Freud était en cuisine

Pendant les vacances de Noël et la trêve des confiseurs, Diacritik reste ouvert (sauf le 25 décembre et le 1er janvier), avec deux (ou trois) éditions par jour, on annonce Manuel Candré, Lelouch, Jacques Tati, Laurent Jenny, des sauts de baleine, de la boxe, de sales caractères… Mais on vous laisse tout découvrir, au fil des jours.

Capture d’écran 2015-12-20 à 11.44.22

… Mais on ne résiste pas à annoncer une immense surprise pour Noël, le pilote d’une émission littéraire comme vous n’osiez même pas en rêver, totalement décalée, un peu barrée, qui ouvrira peut-être à une émission mensuelle (mais on cogite et on prépare, et ce sera encore différent) : Sous les couvertures, avec Alban Lefranc en invité principal, tel que vous ne l’avez jamais vu et entendu.

20141025_190532
Après le tournage, le réconfort… Lucie Eple, Dominique Bry et Alban Lefranc © Christine Marcandier

Le 31 décembre, nous sacrifierons au traditionnel best of, plein d’autres surprises en préparation, évidemment.

Toute la rédaction de Diacritik souhaite une excellente fin d’année à ses dialecteurs, et d’ici là, voici Sophie Quetteville, notre suricate maison, en abécédaire :

Arrangements avec le réel
Lire trop nécessite que le quotidien devienne un peu fiction, donc petits arrangements avec le réel

Bibliothèque

Foutoir invraisemblable toujours trop petit

Bib2 Sophie

Bib1 Sophie 3

Couette / C laro

Lire sous la couette : le seul lieu valable
Claro : romancier à lire sous la couette, donc.

D ictionnaire

Juge de paix

Enluminures médiévales

Une certaine fascination pour

Feignasse
parce que certains jours…

Guibert, Hervé
La première grande baffe en littérature contemporaine française.

Handschin, P.N.A.
Sept tomes de Tout l’univers, l’expérience absolue

Informulée

« A chacun de ses flux l’univers me rejette.
Seule comme un lieu calme.
Seule et informulée »

Extrait du poème Attente de Nadia Tuéni

Tuéni Sophie

Jad Wio

On a toujours 15 ans

 

Kiviräkh, Andrus

Nounours pas fiable! En souvenir d’un étonnant voyage en Estonie.

 

Louis-Combet, Claude

Parce que Blesse, ronce noire et tous les autres, bordel !

Blesse_ronce_noire

Meckert, Jean

Les Coups reste un de mes romans préférés.

413BCVH4KSL

N/Z

Revue folle à suivre

Oh !

Interjection de la curiosité et de l’étonnement permanents satisfaits

Petite collection des éditions du Sonneur

Une de mes collections préférées, indispensable.

Q(tout simplement)

 

Divine majuscule, dure à porter.

Rosenthal, Olivia

 

Parce que, sur une île déserte, ce sont les romans d’Olivia Rosenthal que j’emmènerai.

Seghers, Pierre

Petite, je voyais cet homme un après-midi par an avec mes parents. Comme éditeur, il m’a fait comprendre que l’on pouvait travailler « dans le livre » sans être ni écrivain, ni poète. Il fut un modèle, un déclencheur, qu’il en soit ici remercié.

Tuéni, Nadia

Poétesse libanaise, dont les œuvres complètes sont mon livre de chevet depuis mes 18 ans

Quand on est seul
Je veux dire quand on a le mal des fleurs
que l’on fait à genoux le tour de soi-même
il ne reste que deux yeux sur le mur.


Quand on est seul

comme un oiseau royal,
déjà le jour impose l’horizon.
Si l’enfant est en deuil,
ce n’est pas par hasard qu’on crucifie à l’aube.


Quand on est seul

avec la pluie dans un verre d’eau,
un bateau contre la fenêtre,
et des voyages à perte de vue,
un sourire saigne alors
sur ton visage loin comme une cicatrice.

Quand on est seul
sans maison sous la lune
ni même une odeur de chemin,
sans désert dans la main,
que faire à cet instant précis
de tous les mots qui meurent ?

Nadia Tuéni, Œuvres complètes, Éditions Dar An-Nahar, initialement publié dans Poèmes pour une histoire, Éditions Seghers, 1972.

Universe

Vie devant soi

La librairie nantaise fabuleuse dans laquelle je suis associée, pour le petit 1 % qui gratte.

Xénophon

Juste pour caser que j’ai fait du grec ancien, autrefois.

Ypsilon éditeur

La maison d’édition qui publie tout Alejandra Pizarnik (entre autres) ! Livres magnifiques.

Zeugma

Nom de la greffière d’un de mes meilleurs amis. On choisit pas sa famille, mais ses amis, si !