Tribune : Il n’y a (toujours) pas de problème Parcoursup

L’ouverture de la plate-forme Parcoursup le jeudi 16 mai 2019 a été une véritable débâcle révélant, une fois encore, la médiocrité des politiques menées par les ministres Vidal et Blanquer. Des milliers d’élèves de terminale ont obtenu des réponses positives dans le supérieur, avant que ces offres ne leur soient retirées deux jours plus tard. Pourtant, pour la ministre Vidal, dès vendredi, « tout a repris, tout est correct, tout à été vérifié, et tout fonctionne », les suites d’une « erreur humaine, malheureusement ».

Et, en effet, on peut le dire « tout fonctionne » sur Parcoursup, cette plate-forme mise en place l’année dernière pour trier les bacheliers vers le supérieur, n’a jamais, peut-être, aussi bien fait ce pour quoi elle a été créée.

Comme l’année dernière des milliers d’élèves seront, dans quelques semaines, « démissionnés » de Parcoursup, curieux mélange entre l’action de démissionner et celle de se faire licencier. Des milliers qui, pour certains auront été contraints de choisir l’enseignement privé, préférant éviter la violence du système public souvent au prix d’un important sacrifice financier. Des milliers qui, pour d’autres, les plus nombreux, auront eu le malheur de faire une mauvaise manipulation informatique, par exemple en répondant sur l’application mobile qui multiplie les bugs, de ne pas avoir répondu dans un délai de 3 jours aux offres positives, de ne pas avoir « maintenu » les vœux en attente et les ayant perdus, de ne pas avoir un accès internet suffisant, etc.

Comme l’année dernière des milliers d’élèves passeront les prochaines semaines accrochés aux réponses qu’ils espèrent obtenir, au lieu de préparer leur examen national. Ils obtiendront pour beaucoup des choix par défaut dans cette sélection injuste et dégueulasse qui exclut les classes populaires des universités les plus prestigieuses et des filières les plus demandées.

Comme l’année dernière, les procédés de sélection demeureront cette année inconnus, aucune publication des algorithmes utilisés par les universités, aucune vérification des critères de sélection. Si bien qu’en France, en 2019, avec Parcoursup, la discrimination devient légale, puisque silencieuse et cachée.

Cette année 2019 comporte aussi ses nouveautés en termes de violences, d’injonctions et de bêtises administratives.

Cette année, les élèves ne devront pas oublier les « points d’étape », au nombre de trois, à des moments où les cours sont terminés, c’est-à-dire qu’aller demander conseils et renseignements aux professeurs n’est plus possible. Lors des « points d’étape » les élèves devront re-valider le vœu déjà validé, et maintenir à nouveau les vœux en attente déjà maintenus. Les élèves qui ne feraient pas ces démarches, perdront immédiatement tous leurs vœux et seront « démissionnés » de Parcoursup.

Cette année, enfin, il est apparu que des licences universitaires (en psychologie, en biologie, en LEA…) ont refusé le dossier d’élèves de terminales. Un refus pourtant illégal qui officialise la sélection à l’université, avant même les résultats du bac. Comment l’expliquer autrement que par l’absence de places dans le supérieur et l’absence d’encadrement des élèves dû au manque d’embauche ? Peut-être ces universités ont-elles devancé la suppression du bac prévue pour 2020, se prétendant plus sélectives, c’est-à-dire plus dégueulasses encore que ne le veut la politique des ministres. Nous dénonçons les universitaires qui ont abandonné la défense du droit à étudier pour tous ceux qui le souhaiteraient. Quant à nous, qui devant ces horreurs informatisées et bientôt un bac en contrôle continu sommes en première ligne face à nos élèves déroutés et abandonnés, nous ne collaborerons pas indéfiniment avec cette parodie d’orientation.

Alors cette année encore il n’y a pas de problème Parcoursup, « tout fonctionne » sur Parcoursup pour exclure de manière industrielle des élèves de l’enseignement supérieur, pour raser le peu qu’il reste déjà de l’université publique, pour préserver les classes dominantes de la dangerosité supposée des classes populaires.

Et « l’erreur humaine, malheureusement », c’est vous madame Vidal, monsieur Blanquer, qui l’avez commise avec la politique de médiocrité que vous menez, avec une extrême brutalité, en France depuis 2 ans.

Les erreurs, c’est comme les politiques, ça se corrige.

Signataires :

Etienne Arnould, Lycée Louise Michel, Bobigny
Margot Beal, Lycée Jacques Brel, Vénissieux
Charlotte Beaubeau, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Clément Beaulant, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Jean-Marc Bedecarrax, Lycée Victor Duruy, Paris
Solène Billaud, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Eloise Bissardon, Lycée Jacques Brel, Venissieux
Céline Braud, Lycée Honoré de Balzac, Paris
Colleen Brown, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Françoise Brustlein, Lycée Louis le Grand, Paris
Marie Cazaban-Mazerolles, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Sabrina Cerqueira, Lycée Honoré de Balzac, Paris
Gaëtan Chaubert, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Ahcène Cheriet, Lycée Honoré de Balzac, Paris
Sylvain Coatleven, Lycée Louis Armand, Paris
Gaëtan Didelot, TZR, Académie de Versailles
Christabelle Dieuaide, Lycée Edmond Perrier, Tulle
Aurore Dourthe, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Isabelle Dubos, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Blanche Dupraz, Lycée Samuel Beckett, La Ferté-sous-Jouarre
Johan Faerber, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Marinette Faerber, Lycée Olympe de Gouges, Noisy-le-Sec
Margot Favard, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Vanda Galitzine, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Sabrina Giai Duganera, Lycée Jacques Brel, Venissieux
Barbara Gombin, Lycée Honoré de Balzac, Paris
Angèle Hamaïde, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Lucas Hariot, Lycée Léonard de Vinci, Levallois
Lise Hélardot, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Marie-Cécile Kovacs, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Nicolas Laurent, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Anne Le Paige, Lycée Molière, Paris
Yves Loterie, Lycée Clemenceau, Nantes
Miriem Méghaïzerou, Lycée Molière, Paris
Nicolas Michelot, Lycée Louise Michel, Bobigny
Myriam Mokeddem, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Antonio Molfese, Lycée Auguste Renoir, Cagnes-sur-mer
Carlos Navarro, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Stefania Norato, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Marlène Nitenberg, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Vincent Pouille, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Julie Scasso, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Marie-Angèle Serre, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Valérie Sourisseau, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Boris Tavernier, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Lise Temprano, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Roberta Trapani, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil
Siryne Zoughlami, Lycée Mozart, Le Blanc-Mesnil