Aslı Erdoğan : on n’enfermera pas sa voix (12)

Asli Erdogan (Pascal Hée)
Asli Erdogan (Pascal Hée)

Diffuser, le plus largement, le plus fort possible, la voix de celle qu’un régime autoritaire croit pouvoir étouffer.
Un texte par jour, jusqu’à la libération d’Aslı Erdoğan.
Mobilisons-nous, relayons la liberté.

« Ne va pas dans le lointain, la réalité est au fond de toi », écrit Aslı Erdoğan dans La Ville dont la cape est rouge.

« Elle avait croisé la mort à chaque coin ; une mort engraissée, vorace, capricieuse s’était infiltrée dans chaque mot qu’elle avait écrit. Pourtant, ce qu’elle pourchassait dans les labyrinthes sombres, c’était autre chose. Ce qu’elle cherchait dans les favelas misérables, dans les regards voilés des sans-abri, au-delà des masques de carnaval… La passion désespérée du corps pour la vie, plus vieille et plus puissante que tous les mots. »

« Au début, elle s’était réfugiée dans la littérature, son amie de toujours ; elle avait cherché un écrivain qui puisse éclairer la nuit qui régnait en elle et qui devenait de plus en plus profonde. »

« Un écrivain avait dit : « Pour connaître l’homme, il faut aller loin. » Ce n’est qu’après être allée si loin qu’elle en savait plus sur les Latinos : «No ire foras…» (Ne va pas dans le lointain, la réalité est au fond de toi.) Il fallait peut-être franchir l’enfer pour pouvoir renaître, traverser les tropiques dangereux, infernaux, tristes… Elle avait rejeté « le monde » qu’on lui avait offert : elle avait rassemblé toutes ses forces dans un seul but. Attraper Rio de ses mains, comme un papillon, et l’enfermer dans ses propres mots sans la tuer. La Ville dont la cape est rouge était née. »

Asli Erdoğan, La Ville dont la cape est rouge, traduit du turc par Esin Soyal-Dauvergne, Actes Sud, 2003.

514zyzs5r3l-_sx195_

La tribune de Tieri Briet
L’appel lancé par Tieri Briet et Ricardo Montserrat Galindo

Une pétition exigeant la libération immédiate d’Aslı Erdoğan circule, vous pouvez la signer ici.

Et Diacritik vous invite à lire cet article du journal Kedistan qui rappelle combien le combat pour Aslı Erdoğan va bien au-delà de son seul nom et engage la libération d’opposants au régime détenus dans des conditions arbitraires.

Vous pouvez écrire à Asli Erdogan en prison, pour la soutenir, pour matérialiser cet intérêt international par un courrier abondant :
Sayin Asli ERDOGAN
Bakırköy Kadın Kapalı Cezaevi C 9 Koğuşu
Bakırköy İstanbul
(TURQUIE)

Retrouvez tous les textes publiés chaque matin à 8 heures sur Diacritik