Encore un Marvel ! Nouvelle série de l’Univers Cinématique, le premier épisode de Loki a été diffusé mercredi 9 juin sur Disney+ et posé les bases d’une intrigue en six épisodes qui mettent en vedette le dieu de la malice et convoque des gardiens du temps et la théorie des multivers dans une mise en scène tragi-comique qui fait la part belle à une iconographie sixties.

On n’a pas pu passer à côté : le Marvel Cinematic Universe est de retour sur Disney+ avec en têtes d’affiche la Sorcière Rouge et la créature d’Ultron dans WandaVision. Après deux épisodes et des commentaires disparates à foison sur les Internets, que penser de ce spin-off mettant en scène le couple androïdo-sokovien interprété sur grand écran par Elizabeth Olsen et Paul Bettany ?

ASK vit-elle ses derniers jours ? Andréa, Gabriel, Camille, Hervé, Mathias, Noémie sauront-ils rebondir et contenter leurs talents ? Les stars sont-elles toujours en proie aux affres des communs des mortels ? L’attachante série imaginée par Dominique Besnehard connaîtra-t-elle un final explosif digne des meilleurs standards du genre ou, à l’inverse, se prendre les pieds dans le tapis (rouge) ? Autant de questions auxquelles la quatrième (et à ce jour, dernière) saison de Dix pour cent va tenter de répondre dès le 16 octobre sur France.TV et à partir du 21 sur France 2.

C’est en 2019 sur HBO, que Damon Lindelof décide de revisiter en neuf épisodes l’univers complexe de Watchmen, roman graphique à succès d’Alan Moore, Dave Gibbons et John Iggins paru au milieu des années 80. Cette adaptation télévisée suit la proposition tonitruante et peu subtile de Zack Snyder sur grand écran en 2009 (Watchmen : les gardiens), et réinvente, grâce au regard introspectif et labyrinthique du showrunner de Lost (ABC, 2014-2010) et surtout de The Leftovers (HBO, 2014-2017), les enjeux de cet univers fictionnel. Watchmen de Lindelof explore la force des dénis qui nous habitent quant au racisme et à son histoire, en plaçant son récit, et son propos, dans une réalité alternative de l’Amérique contemporaine.

Un train de mille et un wagons qui ne s’arrête jamais, roulant tout autour du monde dans un hiver éternel. Après un cataclysme planétaire (causé par l’homme), des survivants choisis et une poignée de « resquilleurs » ont embarqué à bord d’un convoi géant, unique lieu de vie sur une planète dévastée, dernier bastion de la civilisation : le Transperceneige (en BD), le Snowpiercer (sur les écrans).

Prochainement dans Le Bureau des Légendes. La cinquième saison de la série d’Eric Rochant est diffusée à partir du lundi 6 avril 2020 sur Canal Plus et l’intrigue à venir est un secret jusque-là bien gardé. En attendant d’en connaître, retour sur la saison 4, qui a confirmé épisodes après épisodes pourquoi et comment Le Bureau des légendes est une série incontournable. 

Histoire vraie : le critique s’était promis de se désabonner d’Amazon Prime pour des raisons éthiques. Las, le Coronavirus est passé par là et, contraint forcé, on s’est résolu à revenir tuer le temps sur la plateforme de vidéo à la demande de Jeff Bezos. Avec en ligne de mire, Treadstone – Le Secret dans la peau, inspirée des livres de Robert Ludlum et déclinaison télévisée de la série des Jason Bourne sur grand écran. Séance d’attrapage (ou pas), saison 2, épisode 4.