pops_jacket_photo

Les éditions du Sous-Sol publient le premier livre de Ted Conover, Rolling nowhere, sous le titre Au fil du rail, un reportage. L’occasion pour Diacritik de rencontrer l’une des grandes figures du journalisme américain et d’évoquer avec lui les quatre mois qu’il a passés en 1980 avec les « hobos », la forme très particulière qu’il a donné à ce livre devenu culte et de l’interroger sur sa définition du journalisme, alors que son sixième livre, qui doit paraître cette année aux USA, est justement une réflexion sur ce sujet.

julianwalter_lesvos-greece_001
© Julian Walter

L’île de Lesbos a accueilli plus de 5600 réfugiés depuis le 20 mars dernier, date de l’entrée en vigueur de l’accord conclu entre l’Union Européenne et le gouvernement turc. Ce lundi 4 avril 2016, une grande opération de renvoi des réfugiés arrivés après le 19 mars commence. A compter d’aujourd’hui et jusqu’à mercredi, 250 personnes seront reconduites quotidiennement en Turquie. L’angoisse est extrême pour ces réfugiés qui avaient considéré que Lesbos était pour eux l’île de l’espoir.
Julian Walter, photographe américain, a passé une semaine avec eux en février dernier. Diacritik publie son reportage, en trois volets, en anglais et en français.

© Hugo Henry
© Hugo Henry

Hugo Henry, photographe, est parti en Écosse durant trois mois, depuis son adolescence attiré par cette région sans trop comprendre pourquoi : « A la fin de mes études je voulais prendre le temps de construire un reportage photographique. J’avais comme seul but de découvrir ces Écossais, si fiers de perpétuer le travail manuel en ce XXIe siècle.

La difficulté de ma démarche fut d’être assez proche de ces gens pour pouvoir photographier leur intimité, leur métier, leur vie. De rester en retrait pour pouvoir me détacher et capter chaque instant, même le plus banal. Ici les Highlands ne sont plus qu’un paysage quotidien, un simple lieu de travail. Le temps et les tempêtes un compagnon de routine. Le thé et le poêle à bois un réconfort éphémère.

Capture-d’écran-2015-07-06-à-09.43.37
L’une des caractéristiques les plus fascinantes des éditions Inculte, en sens tout autant laboratoire du contemporain que maison d’édition, est la dimension collective du travail mené, via des revues, des rencontres croisées de ses auteurs, des collectifs ou des livres écrits à quatre mains comme A fendre le cœur le plus dur, qui vient de paraître, signé Jérôme Ferrari et Oliver Rohe.

Lecture du livre et entretien vidéo avec Oliver Rohe.