On ne pouvait passer à côté de cette œuvre majeure parue en avril dernier chez Aire Libre : Le Coup de Prague, de Jean-Luc Fromental et Miles Hyman (récemment élevé au rang de Chevalier des Arts et des lettres). Retour sur un livre au croisement du cinéma, de la littérature et de la BD, un polar intelligent et captivant, qui convoque Carol Reed et son Troisième Homme, Graham Greene et la guerre froide.

Adapté de la bande dessinée éponyme, Seuls (le film) sortira en salles le 8 février 2017 et un premier trailer vient d’être dévoilé par les éditions Dupuis. Née il y a dix ans sous la plume de Fabien Vehlmann et les pinceaux de Bruno Gazzotti, Seuls (la BD) raconte l’histoire de cinq enfants qui se réveillent un matin dans une ville dont toute la population a disparu. Estampillé « tous publics », Seuls a rencontré le succès dès le premier album avec un ton, un propos tour à tour sérieux et enfantin, grave et ironique. Retour sur les origines de la BD avec ses auteurs, Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti.

Benoît Féroumont est un petit chenapan : sous couvert de donner un coup de jeune à l’un des plus célèbres septuagénaires de la bande dessinée, l’auteur de Fantasio se marie en profite pour féminiser avec subtilité et humour des aventures historiquement (et parfois strictement) masculines. Il en ressort un album drôle, enlevé et girly qui transgresse les codes de la BD ado-adultes pour distiller quelques messages féministes bien sentis.

Olympia est la suite de La Grande Odalisque. Sans intitulé générique ni numéro de tome, ces deux livres semblent autonomes et indépendants l’un de l’autre — si ce n’est leur titre qui décline le nom de chefs d’œuvre de la peinture française. En fait, plus qu’une série, c’est pour l’instant un diptyque d’une prodigieuse complémentarité dans sa construction, ses thèmes et ses variations.

Le 20 novembre a paru 20 secondes, 20e tome des aventures de Largo Winch. On serait féru de symbolisme et de numérologie, on pourrait être tenté de creuser la question de cette obsession flagrante pour la vingtaine tandis que le héros vient de fêter son quart de siècle. Critique de l’ultime album signé par ses créateurs historiques Philippe Francq et Jean Van Hamme.

L’atelier Mastodonte, c’est une bande d’auteurs dessinés, un collectif premier choix qui sévit dans les pages du journal Spirou depuis 2011. Depuis le 20 octobre, après avoir réinventé le concept de la BD dans la BD avec un sens de la mise en abyme que l’on n’avait plus connu depuis Le Trombone illustré, L’atelier Mastodonte a désormais son blog officiel.

Les Nombrils, ce trio féminin qui fait les beaux jours des éditions Dupuis depuis maintenant bientôt dix ans, est né au Québec en 2004 sous la plume de Dubuc et sur la palette graphique de Delaf. Initialement publiées dans Safarir (magazine d’humour québécois aux faux airs de Mad), les aventures des Nombrils ont rencontré le succès en France dès 2006 avec la parution de Pour qui tu te prends ? Depuis, leur succès ne se dément pas, preuve en est avec la parution du tome 7, Un bonheur presque parfait, publié à 170 000 exemplaires.