Quand le chien aboie, La Mer gèle

couv-mergelee

Le vendredi 8 avril, la revue La Mer gelée aboiera au Bistrot du canal 8 avenue de Flandre. Métro Stalingrad à partir de 19 h 00, « autour d’un verre et de quelques croquettes ».

C’est par cette annonce et cette vidéo décalées comme on les aime que débute le lancement de ce numéro de la revue franco-allemande. La Mer gelée, bilingue depuis ses débuts, dans les années 2000, a vu paraître 13 numéros et la revue renaît ces jours-ci, au Nouvel Attila, avec un comité de rédaction élargi, François Athané, Bernard Banoun, Antoine Brea, Noémi Lefebvre, Alban Lefranc et Aurélie Maurin.

Ce numéro s’intitule Chien (Der Hund) ou plutôt porte le numéro Chien. CHIEN, donc : c’est là moins un thème ou un sujet qu’un énoncé ou un manifeste — parce que « CHIEN est toujours menacé de mépris, plus que CHEVAL. Or c’est par le mépris et son défi, c’est par la riposte au mépris que tout commence. Que l’histoire commence, que la littérature ou quelque chose comme ça commence. »

Dans un entretien en décembre dernier, Alban Lefranc nous présentait ainsi La Mer gelée, « C’est une revue deux fois double (français/allemand ; prose/poèmes) que nous relançons après cinq ans d’absence, sous le label Othello du Nouvel Attila. Le premier numéro paraît (…) sous le thème ou la bannière : CHIEN. Toute la rédaction a participé à ce numéro, sous forme de proses ou de traductions. Chez les Grecs, la philosophie est la rivalité des hommes libre ; La mer gelée est une tentative dans ce sens : une émulation entre écrivains.

Les enjeux de traduction jouent un rôle important dans cette revue, qui se comprend aussi (mais pas seulement) comme un pont entre le français et l’allemand. Notre souci de traduire (dans l’espace de la revue papier, mais aussi en ligne ; pendant les lectures ou les conférences qui sont toujours organisées dans les deux langues ; dans le fonctionnement interne de la revue où nombreux sont ceux qui ne parlent que le français ou l’allemand), nous le plaçons sous le signe d’Emmanuel Hocquard. A l’heure où la tendance est au coloriage généralisé, la traduction permet d’élargir les taches blanches sur la carte. Son programme dans Un bureau sur l’Atlantique, nous l’avons fait nôtre : « 1°) fabriquer de la distance dans un espace-temps en voie de resserrement incessant ; 2°) dire la distance ; 3°) réintroduire des « taches blanches » dans un contexte général de coloriage. » »

Rendez-vous d’abord le 8 avril à 19 heures Bistrot du canal 8 avenue de Flandre (75019), puis le 20 mai à la Maison de la poésie (20h30). Et, entre les deux, dans Diacritik qui reviendra en détail sur cet animal politique contemporain qu’est le chien de La Mer gelée.

Suivre La Mer gelée sur twitter @lamergelee
Sur Facebook
Le tumblr de la revue

Capture d’écran 2016-04-03 à 12.27.26


La Mer gelée
, CHIEN, DER HUND, revue double, Le Nouvel Attila, « Othello », 96 p., 12 €

En librairies le 12 avril 2016

AU SOMMAIRE / INHALTSVERZEICHNIS :

Hervé Bouchard • Le propriétaire Sauvage / Grundbesitzer Sauvage (Übersetzung: Andreas Jandl)

Wolfgang Hilbig • abwesenheit / absence (traduction : Bernard Banoun)

Uljana Wolf • an die kreisauer hunde / aux chiens de kreisau (traduction : Bernard Banoun & Aurélie Maurin)

Uljana Wolf • nachtrag an die kreisauer hunde / apostille aux chiens de kreisau (traduction : Bernard Banoun & Aurélie Maurin)

Alban Lefranc • Il faut prendre le temps de se parler / Man sollte sich Zeit zum reden nehmen (Übersetzung: Claudia Hamm)

Orsolya Kalász • Für das letzte Jahr / Pour la dernière année (traduction : Aurélie Maurin)

Norbert Lange • H.M.V. / La voix de son maître (traduction : Alban Lefranc & Aurélie Maurin)

Norbert Lange • Metas Hündchen (Robespierre) / Le chiot de meta (Robespierre) (traduction : Alban Lefranc & Aurélie Maurin)

Norbert Lange • Meditatio / Meditatio (traduction : Alban Lefranc & Aurélie Maurin)

Antoine Brea • Procès-verbal / Protokoll einer Vernehmung (Übersetzung: Odile Kennel)

Elke Erb • Folgen / Suites (traduction : Aurélie Maurin)

Marcel Beyer • Der Sprachhund / Le chienlangue (traduction : Bernard Banoun & Aurélie Maurin)

Noémi Lefebvre • Le chien marxiste. Étude des prolégomènes / Der marxistische Hund. Prolegomena (Übersetzung: Christian Driesen)

Daniel Falb • *** / *** (traduction : Aurélie Maurin)

Farhad Showghi • Den Hunden von Teheran / Aux chiens de Téhéran (traduction : Bernard Banoun & Aurélie Maurin)

François Athané • Sur l’échelle de corde / Auf der Strickleiter (Übersetzung: Franziska Humphreys)

Thomas Brasch • es war einmal / il était une fois (traduction : Bernard Banoun & Aurélie Maurin)

Monika Rinck • was der Hund sieht / ce que le chien voit (traduction : Bernard Banoun, Noémi Lefebvre & Aurélie Maurin)

Arno Calleja • Il ouvre les yeux il voit le titre / Er öffnet die Augen : Titel (Übersetzung: Christian Filips)