Maria Casares et Albert Camus (DR)

La correspondance privée des écrivains a mauvaise presse, tant auprès des éditeurs qui la considèrent, en général, comme peu rentable commercialement, qu’aux yeux du grand public qui n’y voit, au mieux qu’un intérêt anecdotique très relatif, au pire comme une sorte de voyeurisme douteux. Entrer de la sorte dans un circuit intime dont il semble exclu en principe lui semble être du ressort de la frivolité.

Les lecteurs fidèles de Jean-Noël Pancrazi savent depuis longtemps combien son enfance en Algérie, dans les années 50, l’a marqué et a nourri une grande partie de ses textes. En effet, né en 1949, dans un village de l’intérieur, près de Sétif, dans cette Algérie des hauts plateaux, une terre dure, loin des merveilles ensoleillées de la Méditerranée, l’écrivain a dû quitter son pays en 1962, dans des conditions dramatiques. Malgré son jeune âge, il a connu la guerre d’Algérie et reviendra souvent sur cette expérience où se mêlent les souvenirs heureux de son enfance mais aussi d’autres, douloureux, tant sur le plan familial (un climat peu harmonieux entre ses parents) que sur le plan historique : les attentats, les morts, la guerre civile qui fut, en définitive, pudiquement appelée pendant longtemps « les événements ». Conflit dont les blessures sont encore vivaces comme l’atteste l’actualité littéraire de cette rentrée.

Jean-Marie Blas de Robles (DR)

Jean-Marie Blas de Roblès nous surprend avec chacun de ses livres. On savait qu’il avait enseigné au Brésil, qu’il avait séjourné en Chine, entamé des fouilles d’archéologie en Libye, et qu’il était un grand adepte de la plongée sous-marine. Et avait tiré de ces expériences variées des romans singuliers, caractérisés par un goût de l’imaginaire, dont en particulier Là où les tigres sont chez eux qui obtint le Prix Médicis et le Prix du Roman FNAC en 2008 et, en 2016, L’île du Point Némo. Romans d’aventures, aux titres mystérieux, qui attestaient une authentique capacité d’invention, entraînant leurs personnages dans des histoires insolites à Cuba ou au Brésil. Cependant, il n’avait jamais parlé, du moins dans ses textes publiés, de ses origines algériennes, par son père qui fut le type même d’européen dont la famille était partie vivre, dans cette Algérie lointaine, que l’on disait française mais qui était coloniale, une épopée extraordinaire qui devait se terminer, en 1962, par le malheur d’un rapatriement, dans des conditions dramatiques.