Soundwalk Collective + Patti Smith (+ Artaud): The New Revelations of Being

The New Revelations of Being est extrait d’un album que les Soundwalk Collective, associés à Patti Smith, consacrent à la poésie d’Antonin Artaud. L’album, intitulé The Peyote Dance, sera disponible à la fin du mois de mai. Que la musique pop se mette au service de l’œuvre d’Artaud est une nouvelle peut-être surprenante mais surtout réjouissante. Qu’elle le fasse avec ce niveau d’excellence est enthousiasmant.

Patti Smith, qui a déjà travaillé avec les Soundwalk Collective pour l’album Killer Road – consacré à l’œuvre et à la personne de Nico –, les rejoint à nouveau ici pour exalter les textes d’un poète pour lequel elle a souvent dit son admiration. The New Revelation of Being reprend le début du texte d’Artaud Les Nouvelles Révélations de l’Etre (1937), texte inclassable, héraclitéen, eschatologique, révolutionnaire, délirant, et qui est ici magnifié.

Le groupe new yorkais Soundwalk Collective est fidèle dans ce titre au parti pris qui est le sien depuis le début. Il ne s’agit pas seulement pour eux de composer, de jouer, mais d’aller dans tel lieu, de se déplacer à travers la planète, d’enregistrer des sons, des musiciens, des rythmes, et de composer avec cette matière sonore. Les compositions de Soundwalk Collective sont faites de ces matières sonores incluant des sons pluriels produits par les instruments autant qu’extraits des ambiances ou des rumeurs de la nature. Leur musique est toujours un parcours sonore à travers le monde, les temps, les cultures, les paysages, les espaces, les imaginaires.

Pour ce disque, les Soundwalk Collective sont allés au Mexique, sur les lieux du voyage d’Artaud à travers les terres des Tarahumaras, et ont enregistré, entre autres, avec des musiciens mexicains (Joel Cruz Castellanos et Jacobo Lieberman) et en utilisant des violons et tambours traditionnels. The New Revelations of Being est construit comme une marche qui augmente au fur et à mesure son propre volume, devenant un chant lyrique et cosmique.

La voix de Patti Smith, avec son grain et ses inflexions si particulières, est évidemment très belle. Admiratrice de la Callas, Patti Smith sait comme elle, et mieux qu’une autre, moduler les mots, les phrases, les rythmes, et les transformer en autre chose que des mots, des phrases ou des rythmes. Récitant une lecture recueillie, énonçant un phrasé parlé et retenu, Patti Smith insuffle dans sa diction des articulations qui donnent à chaque mot une intensité et une texture inédites. Prononcée par Patti Smith, la phrase d’Artaud explose dans toute sa beauté. Passant du phrasé parlé au chant retenu ou puissant, ou à la déclamation inspirée, la voix de Patti Smith accompagne la montée en puissance de la musique, l’accélère par un passage à l’aigu ou la retient dans un souffle, complexifie la mélodie par des contrastes sonores ou des intonations modulées. Nous savions que Patti Smith est une des plus grandes chanteuses, une des plus grandes voix : The New Revelations of Being est une réalisation particulièrement sensible, belle, puissante, de son art.

Patti Smith © Jean-Philippe Cazier