Le football sans La Police, c’est aussi absurde qu’une lucarne sans bicyclette

201206-sciencefoot_c

L’édition 2016 de l’Euro de football se profile déjà à l’horizon. Avant de rechausser les crampons et exhumer les protège-tibias du sac, il est temps de rappeler que Pierre la Police a plus fait pour le ballon rond que Karim Benzema pour le cinéma d’auteur ou Zinedine Zidane pour l’amitié franco-italienne avant de mettre un terme à sa carrière internationale sur un coup de tête.

 

Pendant cinq ans, Pierre la Police a évolué dans les pages du mensuel So Foot au poste charnière de dessinateur d’humour, délivrant chaque premier mercredi du mois des strips au millimètre. De cette expérience au plus haut niveau, Cornélius a tiré une somme, anthologie de 96 pages en couleur (un vert stéphanois de circonstance) dans laquelle le fan de la première heure se retrouvera comme le béotien retardataire supportant son équipe nationale une fois le dernier penalty marqué.

 

Pierre la Police a rigoureusement décortiqué le sport roi, se fondant sur une ignorance presque parfaite du jeu, pour mieux apporter des réponses essentielles à des questions non moins primordiales telles que « pourquoi la France a perdu ? » ; pourquoi certains projets de mascotte officielle ont été abandonnés ; « pourquoi Yoann Gourcuff est le seul à avoir le droit de faire les matchs en moto ? »…

Recueil indispensable, Science foot nous fait entrer dans les coulisses du football par la grande porte, dévoilant les secrets de vestiaires et n’hésitant pas à mettre la semelle sur les sujets qui fâchent : le dopage, la violence sportive, le racisme ou les sms pornos qui nuisent à la concentration des joueurs.

Chroniques gonflées à 15 atmosphères, saynètes de la vie quotidienne des footballeurs, journalisme gonzo balle au pied, Science foot est un pur moment d’absurdité nécessaire.

201206-sciencefoot_c

Science Foot, de Pierre la Police, 96 pages couleur – 15×20, Cornélius, 11 euros.