La presse mondiale rend hommage à Chantal Akerman

akerman_une

Elle a offert la liberté à son public (FAZ), elle a porté sur écran la vie intérieure de femmes. Mort, féminité, liberté, cinéma, chefs d’œuvre, modernité sont les mots les plus employés par la presse mondiale en hommage à Chantal Akerman.

Et ces portraits et photographies comme les visages multiples d’une femme insaisissable.

Chantal Akerman au festival du film de Venise, en septembre 1982. Photo Raymond Depardon. Magnum Photos
Chantal Akerman au festival du film de Venise, en septembre 1982. Photo Raymond Depardon. Magnum Photos, publiée aujourd’hui dans Libération


El Pais :

Capture d’écran 2015-10-07 à 09.32.58Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) :

Capture d’écran 2015-10-07 à 07.33.33The Irish Times :

Capture d’écran 2015-10-07 à 09.33.13Libération:

Capture d’écran 2015-10-07 à 07.38.01Capture d’écran 2015-10-07 à 07.38.16Le Monde et une « Chantal Akerman, cinéaste abrasive », sous la plume d’Isabelle Regnier — mais aussi un autoportrait « et voilà pourquoi Chantal »

Capture d’écran 2015-10-07 à 09.29.03Montages :

Capture d’écran 2015-10-07 à 09.36.52The New York Times :

Capture d’écran 2015-10-07 à 07.32.24The New Yorker :

Capture d’écran 2015-10-07 à 09.38.32RTBF:

Capture d’écran 2015-10-07 à 09.39.39Slate :

Capture d’écran 2015-10-07 à 09.39.53
Der Spiegel :

Capture d’écran 2015-10-07 à 13.38.38
Télérama :

Capture d’écran 2015-10-07 à 08.19.50

Un livre un jour rediffuse une émission de 2014. Olivier Barrot recevait Chantal Akerman pour Ma mère rit, autoportrait à vif publié au Mercure de France (2013)

Au début, c’était un cataclysme avec de la brûlure et de l’exaltation.
Des mots, toujours les mêmes, sans cesse répétés, j’ai fait connaissance avec les mots d’amour d’une langue ancienne.
J’ai tant parlé.
J’aurais pas dû.
Oui, je revivais.
J’arrêtais de voir ma mère mourir.
J’arrêtais de ne pas vivre.
Il y avait de la vie en moi.
Toute une vie.
Une pleine vie.

livre_affiche_2238

&

sur Diacritik,

Les mots de Barthes, en écho

68611156fiche46-jpget, toujours,

l’hommage habité de Johan Faerber

Pour la première fois de l'histoire de notre magazine, la une, pleine page, nécessairement
Pour la première fois de l’histoire de notre magazine, la une, pleine page, nécessairement