Le poumon vert est mort

Amazonie © NASA (domaine public) / Astronaut photograph ISS040-E-103496

Attention, je vais tout mélanger. Non pas plaisir ou caprice mais parce que tout est lié, tout est lié car ça s’appelle un monde, le nôtre. Mais il y a aussi Le monde de Xi Jinping qui est probablement le documentaire le plus important que j’aurais vu depuis longtemps. Sous couvert de faire le portrait d’un homme puissant et hautement névrosé, voire sociopathe, ce documentaire dessine les contours d’un monde en préparation, un certain monde qui pourrait devenir hégémonique. Regardez, il est aussi question d’une guerre mondiale, la troisième, celle qui pourrait nous exploser au visage d’ici à six ans, six ans ! Hong-Kong, Taïwan, les Ouïghours massacrés et parqués dans des camps de concentration… C’est tellement énorme qu’on pourrait croire que je suis un complotiste de la pire espèce, du genre qui délire le monde lui-même, mais non, écoutez, regardez, tout est dit et expliqué et annoncé dans ce petit film Arte. Et c’est tellement grave, un rêve de Mao en train de devenir réalité. C’est même Mao en mieux, je veux dire en pire, Mao 2.0 époque 5G. C’est aussi à se demander légitimement si la pandémie actuelle, ne se trouve pas, elle aussi, être un élément de ce grand scénario chinois, une pièce du puzzle, quelque chose pour faire diversion, affaiblir l’ennemi. Xi Jinping parle bien de « mal nécessaire »…

 

Pendant ce temps, pendant que nous sommes tous occupés à poster nos belles photos de vacances et moi le premier, sur la surface de la terre, des images d’humains engloutis par des crues soudaines ou fuyant des mégafeux tombent en rafales. On a à peine le temps de s’intéresser au sort des Belges ou Allemands noyés dans leur maison qu’il faut courir dans un métro inondé en Inde, ou aux Philippines, avant de retourner au Canada, qui brûlait sous 50 degrés la semaine dernière, pour assister enfin à la carbonisation des forêts de Virginie-Occidentale. On a à peine le temps de se faire à ces images que tombent les résultats d’un rapport scientifique : à cause de la déforestation en Amazonie, c’est tout cet équilibre naturel, millénaire, qui est à jamais rompu et, tenez-vous bien, le poumon vert est mort ! C’est désormais irréversible !

La forêt amazonienne produit désormais plus de CO2 qu’elle n’en absorbe, il ont fait de cette forêt primaire une usine à gaz, un grand pollueur ! Ils ont fait d’un grand ami un ennemi.

« Nous y sommes. Après des années de mises en garde, les scientifiques annoncent que la forêt amazonienne rejette désormais plus de CO2 qu’elle n’en absorbe, soit un milliard de tonnes de dioxyde de carbone en un an. La cause ? Les incendies allumés pour raser des zones destinées à l’élevage de bovins ou à la production de soja. Ce soja n’est pas destiné à la consommation humaine mais à celle des animaux d’élevage. L’Europe en est un des principaux importateurs. En clair : en mangeant de la viande (rouge ou blanche) en France, nous sommes complices de la déforestation de la forêt amazonienne. C’est aussi simple et irréfutable que ça. Le point de bascule que nous venons de franchir est sans retour possible et il nous faudra désormais vivre avec les conséquences qui ne cesseront de s’aggraver à mesure que la situation des forêts et des océans empirera. » Jean-Baptiste Del Amo

Au JT de 20h, on parle plus volontiers des morts du ou de la covid, du delta, du pass sanitaire en résultant… les médias font leur travail. Rien ne nous est épargné, et l’on « sait ». On sait tant de choses en effet ! Rien. On sait tout sur rien or absolument rien de ce qui nous arrive n’était imprévisible, les meilleurs scientifiques de la planète, climatologues et océanographes, réunis dans le GIEC il y a trente ans par Ronald Reagan et Margaret Thatcher, deux dirigeants pas particulièrement verts ou  visionnaires, ont parfaitement prévu les étapes passées du désastre, et ils avaient annoncé les suivantes.

Instagram © Blue Origin

Alors quoi ? Pas d’avenir sur Terre ? Mais non, levez les yeux au ciel ! Ils ont tout prévu, ils ont créé des entreprises « disruptives » grâce auxquelles ils amassent des milliards, et ils projettent d’envoyer en l’air les ultra-riches à coups de lancement d’avions-fusées dont on a eu les premiers aperçus il y a quelques jours. Derrière ces vols au bilan carbone enthousiasmant, deux visions aussi hallucinantes l’une que l’autre : Jeff Bezos, patron d’Amazon, veut construire des colonies spatiales où des millions de gens pourraient vivre et surtout travailler hors-sol ; Elon Musk, patron de Tesla, pense que les derniers humains vivront sur Mars.

Instagram © Blue Origin

Ont-ils déjà sélectionné les heureux élus ? Sur quelle base, grâce à quel fichier ? Et ce que je viens d’écrire, c’est quoi ? Un nouveau film de SF prochainement sur Netflix ? Non, c’est le réel. C’est l’avenir en germe. Mais le plus important, le plus triste, c’est que ce poumon vert soit mort pour nourrir les animaux que nous mangeons. Et personne ou presque pour porter le deuil, se lamenter, avoir honte. Je vais arrêter la viande. Ou presque. Diminuer fortement ma consommation de viande. Même si c’est trop tard pour l’Amazonie.