Franck Gérard : April 23, 2014 (Fifty-Three Days, journaux américains, 6)

© Franck Gérard
© Franck Gérard

Los Angeles /day six.

Aujourd’hui, je décide de marcher. Je choisis un boulevard au hasard, Venice Boulevard ; enfin pas vraiment, car j’ai envie de marcher en direction de l’océan et, surtout, d’y arriver. C’est un des boulevards qui traversent de long en large L.A., donc il est impossible de le faire d’une seule traite en une journée. Je ne me suis fait que les 7000 derniers numéros (au moins 4h de marche). Au début, j’aperçois une voiture de police et je vais voir les flics pour savoir si je peux les photographier. Pas de problème dès qu’ils auront fini avec celui qui se prend une amende. Ils sont méfiants mais je joue la carte du Français. Après tous les polars que j’ai avalés et qui se passent ici, cela me semble logique de prendre des cops du LAPD. Puis, sur cette longue avenue, il ne se passe pas grand-chose ; les gens roulent mais je le savais. Je mange au « Lemonade » ; enfin de la nourriture saine et abordable !

J’arrive à Venice Beach. Que dire ? À part que cet océan est d’une puissance et d’une beauté éclatantes. J’ai bien quelques bonnes images mais c’est comme un jour ordinaire. Non que je me lasse, je suis bien à L.A. et je commence à sentir un amour poindre en moi, à moins que ce ne soit une passion ; je verrai. Cet endroit où toutes les architectures se côtoient ; de même, les ultra riches, les pauvres. Je fais une sieste sur la plage, sur ce sable fin, très chaud avec le bruit des vagues qui me berce et je prends une image d’un « Malibu Beach Boy », un « Life guard » ; il le fallait bien. Jusqu’ici tout est un peu mou ; je n’ai pas fait d’images qui montrent ce que je ressens réellement (Bon, j’en ai quand même fait une centaine minimum). Mais vous vous en doutez, il va forcément se passer quelque chose (!) ; tout de même, je suis dans la Cité des Anges !
Je quitte la plage, dépasse le « Venice » flottant dans le ciel, entre deux immeubles ; je vois ce type en maillot de bain rouge qui traverse la route. Ce qu’il a d’étrange, c’est qu’il me fait penser à un super héros avec ses bracelets dorés, sa radio et ses chaussures où il ne manque que les ailes.

Il a un côté « Hermès », messager des dieux ! Dans la boite ! Et je le suis. Soudain il se penche vers une poubelle, fouille. Je comprends que c’est un homeless ! Un homeless en maillot de bain ! Welcome to Venice !

Après, je suis le Pacifique ; vers le nord (il se passe beaucoup de choses) et puis j’arrive à Santa Monica. Pas mal de touristes français. Je les entends parler mais ils ne savent pas que je comprends ; je joue l’américain et c’est hilarant. Comme d’habitude, je peine à écrire, surtout après 8 h de marche dans les jambes. J’ai tout de même fini ce soir dans les rues de New York à Los Angeles ! Je me devais de vous l’écrire. Dans les studios de la Paramount, seul à errer ; car jeudi il y a Paris Photo Los Angeles et j’y suis allé avant. Je peux vous dire que cela fait quelque chose. Un cimetière qui a l’air magnifique (palmiers gigantesques, plantes grimpantes en fleurs…) jouxte les studios. Je me suis promis d’y aller demain.

Le site de Franck Gérard