Dis-moi ton prénom, je te dirai qui tu es

JusteAvantLoubli_Plat1

Choisir le prénom de son personnage principal, qui doit mener le lecteur à l’empathie, n’est pas décision facile pour le romancier.

C’est avec cette question fondamentale — peut-on donner un prénom « moche » à son héros ? — qu’Alice Zeniter commence son dernier roman Juste avant l’oubli. Et que les Franck et les Kevin lui pardonnent, avec du talent, tout est envisageable.

20151015_182705Dans ce roman flirtant avec le genre policier, Alice Zeniter invite donc, en filigrane, ses lecteurs à s’interroger également sur l’acte de création et en profite pour faire sa grande déclaration d’amour à la littérature :

La littérature est un Kama Sûtra intellectuel. […]
La littérature est une forme de plaisir poussée à son raffinement le plus extrême par des écrivains que le rapport habituel au langage ne satisfait plus.

On laissera le lecteur choisir sa position…

Alice Zeniter, Juste avant l’oubli, Flammarion, 288 p., 2015, 19 € (14 € 99 en version numérique)