Léon-Gontran Damas, Paris
Léon-Gontran Damas, Paris

Nous les gueux/nous les peu/nous les rien/nous les chiens/nous les maigres/nous les Nègres/Qu’attendons-nous […]/pour jouer aux fous/pisser un coup/tout à l’envie/contre la vie/stupide et bête/qui nous est faite.

Poète fondateur de la Négritude aux côtés du Martiniquais Aimé Césaire et du Sénégalais Léopold Sedar Senghor, Léon-Gontran Damas, Guyanais, demeure encore méconnu quoique Christiane Taubira ait fait résonner les vers de Black-Label cités ci-dessus en pleine Assemblée nationale pour fustiger les inégalités civiques lors du débat autour du « mariage pour tous ». Cette intrusion de la poésie dans l’espace politique par le biais d’une voix marginalisée qui exprime son mal-être d’homme nègre durant la période coloniale invite à réfléchir sur l’actualité de cette voix dans une société qui pense avoir tiré un trait sur le colonialisme.

© Camille Le Falher-Payat
© Camille Le Falher-Payat

Genre libre

Ce portrait qui a surgi sur un mur de la rue de la Villette est résolument l’empreinte, l’emblème ou encore la signature stylisée de la graffeuse Kashink. Il complète la série des portraits « genres libres » qu’elle imprime sur les murs bétonnés du Nord-Est parisien pour nous raconter autrement sa ville, son identité, nos identités. Une ville aux multiples métissages faisant exploser les codes sociaux pour nous dévoiler nos multiples facettes : féminin/masculin ; mexicain/punk ; arts tribal/moderne.

MissTic Paris XIII © Christine Marcandier
MissTic Paris XIII © Christine Marcandier
Graffiti, Lyon — Photo : Arno Bertina
Graffiti, Lyon — Photo : Arno Bertina

« J’ai une maladie, je vois le langage« .

L’affection est partagée, et se répand sur Internet comme un virus : taper « Graffiti » dans le moteur de recherche de FlickR ou d’Instagram, ces plateformes de partage de photos sur le Net, c’est risquer la surchauffe du système, l’incendie du hashtag, tant sont nombreux les groupes constitués autour de ce centre d’intérêt. Pourquoi l’univers numérique, dont on se plaît constamment à décrire l’immatérialité supposée, recueille-t-il avec tant de soin, cette écriture à même les murs que sont les graffiti ?

Jean-Michel Basquiat
Jean-Michel Basquiat

En février 2015, Ernest Pépin publie Le Griot de la peinture (Caraibéditions), sur un Basquiat, « décidé à tracer dans le chaos du monde le graffiti obscur d’un éclat d’existence dans une ville impossible ». En avril 2015, Pierre Ducrozet publie Eroica (Grasset) : au centre de son roman, celui qui voulut être Picasso et sera « Prométhée, Elvis, Charlie Parker, Lou Reed, Bob Dylan, John Coltrane. Il sera Andy Warhol. Mohamed Ali, Jack Kerouac. Ulysse. Superman. Héros, on vous dit ». Un soir au Night Birds, raconte Pierre Ducrozet, il rencontre une jeune serveuse. « Il la regarde, il sait que c’est elle ». Celle à laquelle Jennifer Clement consacre un livre La Veuve Basquiat (Bourgois, mars 2016), celle que Jean-Michel Basquiat comparaît à « un personnage de BD », Suzanne Mallouk.
Portrait d’un peintre et d’un homme, « au confluent », comme l’écrit Ernest Pépin, des cultures et des arts, au confluent aussi de ces trois très beaux romans récents.