Capture d’écran 2015-10-27 à 09.39.24
Entrer dans les coulisses d’un musée — le Muséum-Aquarium de Nancy — et en dresser une forme d’Inventaire photographique : tel est le projet d’Arno Paul dans un livre que viennent de publier les éditions Light Motiv. Le photographe explique combien ce lieu est pour lui chargé de souvenirs d’enfance, les poissons des aquariums, les animaux naturalisés, les bocaux gravés dans son imaginaire et sa rétine. C’est cette fascination qu’il retrouve dans ce livre, augmentée d’un accès à l’envers du décor, les collections à accès protégé, les entrepôts.

Capture d’écran 2015-10-27 à 08.53.35

PhotomaniesCe livre, format à l’italienne, est comme un album, un tiroir ouvert sur un imaginaire, un partage. On connaissait Yves Pagès éditeur (Verticales) et écrivain, le voilà photographe ou plutôt photomaniaque dans ce livre paru au Bec en l’air. Yves Pagès a des « monolubies » et des « binomanies », il aime saisir des moments et des lieux, les associer. Il a aussi tout un « fiascorama » ; des photos ratées, de ce fait racontées, notées dans des petits carnets. Le Yves Pagès photographe est bien sûr le même que le Yves Pagès écrivain : une planche contact qui saisit des instantanés, construit des archyves (c’est le nom de son site) et nous offre ses « affinités perceptives », en 250 photographies :

Tammy Ray with “The Mill Stream,” by George Innes, circa 1888. Minneapolis Institute of Art, 2014. CreditPhotograph by Alec Soth
Tammy Ray with “The Mill Stream,” by George Innes, circa 1888. Minneapolis Institute of Art, 2014.
CreditPhotograph by Alec Soth

Que voient-ils ? Que regardent-ils ? Quels secrets entretiennent les gardiens de musées avec les œuvres sur lesquelles ils veillent ? Le photographe américain Alec Soth, qui collabore régulièrement au New Yorker est retourné à Minneapolis, ville dans laquelle il a grandi, pour interroger les gardiens de musée du Minneapolis Institute of Arts sur leurs pensées secrètes et les photographier devant leurs œuvres préférées.

31GKw-47uuLFond de l’œil : le titre du livre d’Amaury Da Cunha pourrait sembler poétique (il l’est), faire aussi bien référence à La Chambre claire de Roland Barthes qu’à L’Œil écoute de Paul Claudel mais il renvoie surtout à un trauma d’enfance, « cet examen médical qui s’appelle le fond de l’œil » : « Un idiot de médecin avait prédit à ma mère que vers l’âge de quinze ans je perdrais la vue ».
L’enfant myope, aux yeux vairons, est devenu photographe, perpétuant ainsi une lignée.

Amaury da Cunha publie de Petites histoires de photographies, un Fond de l’oeil sensible et au paradoxe fascinant : un livre sur la photographie, sans aucune image sinon celles que le texte rappelle ou lève dans l’imaginaire du lecteur.