Lectures obliques 7

© Julien de Kerviler

(pour Émilie N.)

« Trouvé hier parmi les paperasses cette note fragmentée.

Livre qui ne serait qu’un test de mémoire, celle du narrateur qui après des années cite les propos de différentes personnes sans les distinguer, et celle du lecteur lui-même s’il s’y prête.

Jusqu’à quel point le vraisemblable peut se passer de vérité, jusqu’à quel point telle affirmation peut faire oublier celle qu’elle contredit.

Nature plus ou moins policière du récit, songeant aux prodiges d’attention qu’il faut à un juge instructeur par exemple pour s’y retrouver dans l’embrouillamini des témoignages que contient le dossier d’une affaire pénale.

De toute façon restera inachevé, marque distinctive.

Quant au résultat du test, positif ou non il n’aurait rien à voir avec l’intérêt que prétendrait susciter l’anecdote, matériau brut nécessaire à une quête d’une autre nature.

Dessein disproportionné aux moyens disponibles. Les élargir.
Obscurum per obscurius.
Prudence s’impose.
Aiguiser le jugement. »

Robert Pinget, L’Ennemi, Éditions de Minuit, 1987, pp. 53-54.