Banquet du Livre d’automne : programme du 3 novembre 2018

Histoires du moi, histoires du monde

Qu’écrit-on lorsque l’on écrit ? Commence-t-on l’écriture à partir de soi ou de ce que le monde veut bien laisser en nous ? S’agit-il d’explorer par le verbe ce qui se dit d’intime en nous ou sommes-nous toujours déjà condamné aux puissances de l’extime ? Autant de questions que cette deuxième journée du Banquet du livre d’automne 2018, dont Diacritik est le partenaire, entend ouvrir et déployer à travers ses deux invités : Michel Jullien et Jean-Yves Laurichesse.

Jean-Yves Laurichesse

Cette deuxième journée s’ouvrira sur une table ronde qui fera le pont entre la veille et le jour présent, reprenant le questionnement avec les auteurs et critiques invités. Une manière d’entrer en scène pour dire les fondements de ce moi à la conquête du monde et de ce monde en errance de moi. Suivra l’après-midi l’intervention de Michel Jullien qui, sous le titre de « Ignorer, écrire », reviendra sur son dernier roman paru chez Verdier : L’Île aux troncs. Ce roman prend place à Valaam en Russie à l’entame des années 1950. Les protagonistes sont des vétérans de la Grande Guerre Patriotique ; certains sont réels. Entre Histoires du moi et Histoires du monde, le récit penche franchement du second côté. Pourtant, les déportations sur cette île ne sont pas documentées, les archives n’ont pas été ouvertes. On sait peu, ou rien. Nous sommes dans un trou d’histoire. Dès lors, comme substitut, comme paradoxe, la composition du récit puise moins à l’Histoire qu’à l’imagination, c’est-à-dire à “un moi” des plus réceptifs. Écrire, ignorer ce sur quoi on se penche tout en sachant qu’on l’ignore, c’est écrire au plus près de soi-même, pas à pas. Ecrire ou apprendre à œuvrer depuis l’oubli.

Le second temps de cette après-midi mènera à un entretien avec Jean-Yves Laurichesse autour notamment de Place Monge et des liens que l’homme a pu tisser avec l’œuvre de Claude Simon dont il est spécialiste. Il s’agira de lier ici histoire collective et personnelle en donnant à voir la Grande Guerre sous un angle plus intime et émouvant à travers de « pauvres archives » : lettres, cartes postales et photographies. Les étudiants qui l’interrogeront chercheront comment Jean-Yves Laurichesse a compris ses missions conjointes d’héritier et d’écrivain. Ils évoqueront cette place parisienne, cette place Monge même, ce « lieu même des coïncidences » puisque s’y croisent histoires littéraire (Claude Simon y vécut et Jean-Yves Laurichesse lui rendit visite), collective et familiale.

Michel Jullien

Programme du samedi 3 novembre 

11 h : Table ronde
Écriture du moi, et du monde 

15 h : Michel Jullien
Ignorer, écrire

17 h 00 : Jean-Yves Laurichesse
Carrefour d’histoire(s), la place du grand-père et de Claude Simon.
Entretien autour de Place Monge.

21 h 30 : Soirée lecture
Mise en voix et musique par les étudiants de l’université Jean-Jaurès de Toulouse, des textes des auteurs invités.

Rencontres, conférences, tables rondes, lectures, soirées littéraires…
Les entrées sont libres et gratuites, sauf pour les rencontres de l’après-midi.

5€ par jour, gratuité avec la carte d’adhérent 2018.

La Maison du Banquet & des générations : 04 68 91 46 65 – www.lamaisondubanquet.fr