Cookie Mueller : échapper à la « tyrannie de la mesure » (Rencontre Diacritik/Atout Livre #3)

Rencontres Diacritik/Atout Livre, 20 avril 2017

La troisième rencontre Diacritik/Atout Livre a réuni, jeudi dernier, Romaric Vinet-Kammerer et Julia Deck autour de la figure de Cookie Mueller dont les éditions Finitude viennent de publier Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir. La soirée était animée par David Rey. Diacritik vous propose de la revivre, via une captation sonore des échanges.Julia Deck et Romaric Vinet Kammerer, traducteur de la Traversée, ont longuement évoqué leur fascination pour Cookie Mueller, figure de la démesure et de la marginalité. Sa vie comme son livre traversent l’Amérique du tournant flamboyant des seventies aux ravages du sida, qui eut raison de sa soif de liberté, d’indépendance et de panache, en 1989, alors que le mur de Berlin tombait. Tous deux ont dit son écriture acérée et bondissant de scènes en vignettes, sa prose directe, capable de concentrer plusieurs mois à San Francisco en une journée folle, faisant d’une existence réelle la fiction d’une Amérique des marges, dans une forme d’urgence constante.

Cookie Mueller et John Waters, photo : Bobby Grossman, 1977
Female Trouble‘s Opening in Princetown, 1974 – photographie George Fitzgerald

Cookie Mueller a vécu le féminisme, la bisexualité, les drogues etc. dans une forme d’évidence, incarnant à elle seule une revendication qui ne passe pas par le discours théorique (ou pas seulement) mais dans une vie qu’elle déploie sous les yeux sidérés de ses lecteurs. Comme l’a dit David Rey lors de la soirée : Cookie Mueller échappe à toute « tyrannie de la mesure ».

Vous avez été nombreux à assister à cette superbe rencontre. Pour ceux qui ne pouvaient être présents, en voici la captation sonore.

 

De gauche à droite : Romaric Vinet-Kammerer, David Rey et Julia Deck (photo : Johan Faerber)

Lire ici l’article de Christine Marcandier sur Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir

Cookie Mueller, Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir (Walking Through Clear Water In a Pool Painted Black), traduction de l’américain et introduction (« Un manuel de style ») par Romaric Vinet-Kammerer, éd. Finitude, 2017, 186 p., 17 € — Lire un extrait