Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont longuement vus vendredi soir en plein Paris

Benoît Hamon, vendredi 24 février 2017, au Moai Bleu, à l’issue de son dîner avec Jean-Luc Mélenchon © Diacritik
Benoît Hamon, vendredi 24 février 2017, au Moai Bleu, à l’issue de son dîner avec Jean-Luc Mélenchon © Diacritik

Alors que dans la journée même chacun prétendait avoir un agenda chargé et contrariant, ne leur permettant pas de pouvoir songer à se rencontrer avant lundi, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont rencontrés avant-hier soir, vendredi 24 février, au cœur de Paris assez longuement. Les Gauches commenceraient-elles à s’unir ?

Au cœur de Ménilmontant, dans le restaurant chilien du Moai Bleu, les deux hommes sont arrivés séparément dans une discrétion discutable. Jean-Luc Mélenchon, tout d’abord, sur les coups de 21 heures, ceint de son écharpe rouge bientôt prophétique, qui s’engouffre en ne saluant personne vers la salle du 1er étage. La salle amusée ne voit là qu’extravagance d’un homme pressé, presque coupé du peuple qui, dans la salle, s’étonne de si peu de manières. Mais les trois gardes du corps disposés à l’entrée finissent de rassurer ceux qui pensaient avoir vu filer à toute allure un hologramme. Jean-Luc Mélenchon est bel et bien monté à l’étage.

Tout ceci n’aurait pu passer que pour une extravagance de plus si, une dizaine de minutes plus tard, n’avait pas surgi, sortant d’une berline noire l’improbable lui-même, l’homme qui ne répondrait pas aux coups de fils ou encore moins aux lettres postées sur les blogs : Benoît Hamon lui-même. Ceint de son caban bleu marine de campagne, prêt à affronter tous les embruns, il traverse alors à l’enseigne de son rouge prédécesseur une salle bientôt éberluée qu comprend que dans ce restaurant va se jouer le premier chapitre d’une possible union de la Gauche.

La salle dès lors se prend à rêver tandis que les deux hommes sont montés à l’étage. Les gardes du corps, comme sortis d’un film italien des années 1970, montent la garde au pied de l’escalier, eux-mêmes comme frappés d’étonnement de voir se dessiner un moment décidément comme toujours avec Hamon, coupé de tout média, hors caméra. Macron et Bayrou sont déjà entrés dans une folle farandole : le temps presse pour que les deux hommes s’unissent mais les enjeux résonnent de terribles conséquences : comment surmonter la crise des égos ? Comment réunir deux hommes dont les destins se veulent unanimement nationaux ? Comment Hamon peut aller au-delà de l’investiture socialiste ? Comment peut-il faire oublier l’investiture d’El Khomri ? Comment se couper sans soi-même disparaître devant notamment Mélenchon, à peine sorti de la catastrophique Émission politique de France 2 la veille où Valérie Pécresse a montré combien elle avait perdu son bronzage ?

La salle n’entendra hélas rien de ces tractations mais applaudira une heure plus tard quand un vendeur de roses entrera : « il faudrait les donner aux deux hommes au premier étage », crie-t-on hilare. Deux heures plus tard, le repas achevé, Benoît Hamon, fort réjoui, sort et se prête au jeu des selfies devant des gardes du corps littéralement blasés. L’homme ne dira évidemment rien tant que rien ne sera scellé. On n’y coupera pas.

Il faudra, à la suite de Benoît Hamon déjà reparti depuis une dizaine de minutes, voir descendre Jean-Luc Mélenchon, très préoccupé qui ne dira lui non plus aucun mot pas même un au revoir, disparaissant décidément comme un hologramme. Il s’agit visiblement d’être indéfectiblement fidèle aux quelques plaisanteries qui courent sur vous avant de disparaître à son tour en berline noire.

De cette entrevue qui a donc eu lieu avant-hier, tout peut ainsi émerger, une alliance peut surgir qui n’enfonce pas la Gauche dans l’irrémédiable mais redonne à tous les « nous » aperçus par Jean-Luc Nancy la matière vive de conquête.

La salle s’est vidée, les clients étonnés repartent un à un mais à l’étage, un détail ne manque pas de nous frapper : où est passé le portrait d’Allende qui orne cette salle ? Gageons que l’un des deux candidats est reparti avec le portrait de ce qui pourra redonner enfin à la Gauche ses lettres de noblesse trop longtemps perdues.