Quand, Laurent Deglicourt (Le voyage minuscule 16/22)

© Laurent Deglicourt
© Laurent Deglicourt

Quand j’habitais Paris, nous allions souvent aux Buttes-Chaumont ou au Parc de la Villette. « Corvée de square », me disait un ami de l’époque qui ne cessait de se revendiquer père (ça devait plaire aux filles, c’était un grand consommateur…) mais était incapable de s’occuper de son fils. Moi, j’aimais bien ces virées « aux jeux », comme disait Gabriel, qui était toujours partant. Accompagner son enfant dans ces activités-là, c’est détenir une précieuse excuse pour se laisser doucement aller à la régression et je ne m’en privais pas. Je conserve toujours aujourd’hui un jeton du manège de la Villette, jamais utilisé, relique des jours heureux. Quand Gabriel était loin, la vue d’un toboggan ou d’un portique était toujours synonyme de mélancolie, de tristesse.

Le site de Laurent Deglicourt