Tanxxx répond à Yan Lindingre

7Ym2dXhE

A la suite de la publication sur Diacritik d’un entretien avec Yan Lindingre à propos de la création du prix « couilles au cul » et parce que nommée dans la réponse à la question « comprenez-vous les réactions féminines qu’on a pu lire ça et là sur les réseaux sociaux ? », Tanxxx a d’abord répondu en commentaire sous l’article. Loin de vouloir démarrer (et encore moins alimenter) une polémique, Diacritik a décidé de publier la réponse de l’illustratrice, affichiste et auteur de bandes dessinées dans les pages du magazine.

« Ces réponses de Yan Lindingre sont à la limite de la diffamation. Voici ma réponse publiée ici sur Facebook : il est bien évident que pour l’agression publique, je demande les excuses publiques itou.

Je copie ma réponse ici :

Bon. Ne supportant pas vraiment la mauvaise foi frôlant la diffamation, je me fends tout de même d’un petit mot rectificatif suite à l’interview de Yan Lindingre concernant le prix « couilles au cul » où je semble personnifier à moi toute seule l’ire féministe (c’est trop d’honneur) (c’est par là pour relire cette prose quelque peu déroutante). Je prie Yan Lindingre de me dire où précisément j’ai dit qu’il était « une ordure misogyne » dans ce que j’ai dit à propos de ce prix sur Twitter ou ici sur cette capture d’écran de mon Facebook personnel (qu’il s’est empressé de bloquer, m’empêchant du coup de le lui demander sur son profil).

Concernant le passage sur Siné, je ne l’ai pas traité de faux anar ni de sale mec comme ça sur un coup de tête, ex nihilo, faut-il rappeler les faits ?
et quel est le rapport avec le prix «couilles au cul» ?
Ensuite : en quoi ça regarde Lindingre, cette histoire avec Siné ? celle-ci l’a-t-elle atteint lui, ou Fluide Glacial, ou que sais-je encore, que ça puisse justifier qu’on la remette sur la table de cette façon totalement incongrue et largement amputée ?
Quant à aller me faire enculer, si ça me chante et avec qui il me siéra. Je tiens la sodomie en trop haute estime pour la souhaiter à mes contradicteurs.
Je n’ai jamais pensé que Lindingre était « une ordure misogyne », il s’est efforcé de le démontrer tout seul. Une ovation. »