Revue Muscle: n°16, Martin Högström, Franz Kafka

La revue Muscle est un étrange objet : une feuille pliée en quatre, imprimée recto/verso, deux textes d’auteurs différents par numéro.

Existant depuis 2014, animée par les auteurs Laura Vazquez et Arno Calleja, cette revue est un geste éditorial non seulement débrouillard (on fait avec les moyens du bord) mais qui exprime une certaine idée de ce que pourrait ou devrait être la littérature aujourd’hui, en particulier la littérature poétique : explorer davantage les écritures d’auteurs français autant qu’étrangers (la littérature comme cosmopolitisme), créer soi-même une structure éditoriale qui invente son modèle, créer des textes, susciter des textes, fabriquer son propre procédé de fabrication, la forme et la matière de ses livres, son économie, son mode de diffusion.

La revue Muscle affirme par là son inventivité, sa créativité en même temps que sa marginalité joyeuse par rapport à des institutions littéraires, à des entreprises dont le produit est la littérature comme ailleurs il peut être des voitures ou des conserves – institutions et entreprises devenues trop lourdes pour la création, trop normatives, trop oublieuses de la recherche et de la vie nécessairement marginale de la littérature.

En feuilletant Muscle, on peut donc rêver à ce que pourrait être aujourd’hui un monde littéraire qui saurait réinventer non seulement ce qu’il produit, des formes et des contenus nouveaux, mais aussi son mode de production et la logique de ses productions – pour d’autres univers littéraires (et politiques, subjectifs, sociaux, etc.) qui pourraient alors apparaître…

Muscle n°16, Martin Högström, Franz Kafka, 3 €

Pour commander les numéros, suivre ce lien