Hanouna est-il une ordure ?

L’émission d’Hanouna, pourtant regardée par des millions de téléspectateurs, n’en est pas moins une vieille poubelle jouissant de ses propres remugles. La vulgarité permanente et gratuite – on est loin de l’art anarchiste du professeur Choron – y est omniprésente, les séquences machistes et homophobes s’y enchaînent, délivrant un discours qui, de manière primaire et « décomplexée », réactive sur le mode du langage et de la représentation la violence symbolique, matérielle et physique qui règne à l’égard de catégories de la population toujours objectifiées et infériorisées. L’émission d’Hanouna légitime cette violence – et n’en reste pas elle-même au niveau du symbolique et de l’image mais présente des passages à l’acte. On se souvient, par exemple, du « baiser » subi par une jeune femme forcée de se soumettre à Hanouna et à un de ses chroniqueurs. On pense aussi à la violence psychologique permanente qui est exercée sur certains des collaborateurs, contraints de se rabaisser chaque jour davantage pour exister quelque part dans le PAF et toucher leur chèque à la fin du mois.

Manifestement, Hanouna ne mène aucune réflexion personnelle sur le pouvoir du média télévisuel ou sur les enjeux de la représentation – ce que la médiocrité de la pensée et du discours qui est sa marque de fabrique rendrait de toute façon très étonnant. Les femmes et hommes gays qui sont représentés dans son émission n’y sont jamais des sujets : soit « on » parle à leur place sous la forme de caricatures d’une débilité consternante, soit ils ne s’expriment que selon un discours sous contrôle, en accord avec l’idéologie du petit maître, et selon le rôle de personnages veules, peut-être blessés par ce qui peut se dire ou faire à leur encontre mais souriant tout de même, participant volontiers à leur propre humiliation, à la brutalité – même symbolique – qui s’exerce contre les groupes sociaux dont ils sont, sur le plateau, les figures. Il n’y a jamais, face à cette violence, de violence en retour, ou même de dissonances réelles, comme si dans l’ordre des choses selon Hanouna, la règle voulait que les victimes demeurent à jamais soumises et éprouvent un certain plaisir non, sans doute, à se voir maltraitées, mais à recevoir ainsi une forme de reconnaissance, comme un chien qui lécherait malgré tout la main de celui qui, de temps en temps, le tabasse.

© Rodho, octobre 2016

Si la violence réelle qui est le ciment de TPMP est dégueulasse et dangereuse, c’est surtout la mise en scène répétée de cette complicité entre la victime et son persécuteur qui est étonnante. Hanouna n’invente rien : il hérite d’une tradition culturelle et sociale qui veut que le PD peut être humilié, voire « un peu » bousculé, mais qu’au fond il s’agit là d’un rapport dont une certaine affection ou empathie n’est pas absente, en tout cas d’une forme de reconnaissance dont la victime – qui n’en serait pas tout à fait une – se contente, surprise mais satisfaite de cette place qui lui est offerte au sein de relations violentes qui pourraient pourtant l’assassiner. On retrouve également ici une certaine représentation de la femme infériorisée, soumise au pouvoir masculin, s’accommodant de la forme de violence qui la contraint, satisfaite de pouvoir exister, même au sein d’un monde qui ne l’accepte qu’à condition de l’inférioriser, de la nier, de la condamner au rôle de victime consentante. C’est cette logique qui est celle du discours viriliste ou de violeurs qui supposent une complicité entre eux et leurs victimes : celles-ci n’en sont pas vraiment, elles sont d’une certaine façon consentantes, voire désirent ce qu’elles ont subi – et cette violence n’en est pas vraiment une…

Ce qui est étonnant dans le cas d’Hanouna, ce n’est donc pas la présence de cette logique qu’il n’invente pas mais sa reprise incessante, sa performance répétée encore et encore. On pourrait se limiter à dire que s’il réactive et reproduit ad nauseam ces processus homophobes et sexistes qui déclenchent le rire chez les milliers de téléspectateurs qui chaque jour se repaissent de cette diarrhée, c’est surtout par incapacité à inventer quelque chose, par une absence manifeste de talent – mais ce serait insuffisant. Si Hanouna est un symbole d’une époque où la bêtise et la bassesse sont devenues des valeurs, il est aussi celui qui valorise le rapport de force et le gouvernement par un pouvoir qui tient chacun à sa merci, qui oblige chacun à participer à son propre écrasement, à jouir de la place que ce pouvoir lui attribue. Là où Bourvil ou de Funès mettaient en scène des rapports de domination en ridiculisant les dominants, Hanouna prend plutôt le parti de ces derniers, justifiant la domination, performant celle-ci, la donnant en modèle autant pour celui qui l’exerce que pour celui qui, avec plaisir, la « subit ». Dans cette mise en scène, Hanouna possède le statut du dominant et refuse à ceux qu’il écrase non seulement le droit au respect mais aussi le droit à la contradiction, à la contestation, à la revendication réelles – c’est-à-dire le droit à l’existence. TPMP souligne ainsi, en creux, l’absence d’accès aux médias et en particulier à un média hyper populaire comme la télévision, l’absence de représentation non pas de certaines catégories de la population, mais des discours et images contestataires et revendicateurs dont ces populations sont porteuses. Cette émission fait plus que souligner l’absence de ces discours et images : elle performe en boucle leur empêchement, leur rejet, excluant chaque soir de l’espace public ceux et celles qui, dominés, n’ont d’autre choix que de disparaître ou rire de leur propre domination avec ceux qui les dominent. Hanouna met en scène le triomphe du pouvoir, sa force, son emprise, son étendue – un miroir où le pouvoir se contemple lui-même et jouit de sa propre image.

Ce qu’Hanouna semble confondre avec une lutte contre l’homophobie ou contre le sexisme – c’est-à-dire le fait d’avoir au moins un homo dans son équipe ou un certain nombre de femmes, le fait de parler de l’homosexualité, etc. – repose en réalité sur l’effectuation de certains des ressorts de l’homophobie et du sexisme actuels, en particulier dans les médias : refus d’un accès autonome au discours et à la représentation, rejet hors de l’espace commun de présences divergentes par rapport aux modèles et aux attendus de ce que doivent être une femme ou un gay, de ce qu’ils et elles peuvent espérer, exhibition de ce dont ils et elles doivent se contenter. Il faut souligner qu’Hanouna n’est pas le seul à jouer à ce jeu : l’État français ne fait pas autre chose, la classe politique dans sa quasi-totalité, et de même la télévision dans son ensemble ainsi que la plupart des autres médias.

Ce que fait en revanche Hanouna de manière récurrente et privilégiée, c’est désigner des victimes, non de manière immédiate pour une violence physique, mais pour une humiliation perpétuelle, une infériorisation dont il refuse les voies de sortie. Ces victimes sont celles qui sont déjà humiliées et infériorisées dans l’espace public : les femmes, les gays, etc. Au lieu d’utiliser la puissance médiatique qui est la sienne pour légitimer les droits des femmes ou des gays, pour leur permettre un accès libre aux médias, pour faire exister devant des milliers de téléspectateurs d’autres discours et images, il s’en sert au contraire – outre pour gagner des millions d’euros – pour reproduire et renforcer les stéréotypes les plus usés et idiots, pour légitimer le statut d’inférieurs des femmes ou des homos, pour légitimer la violence sociale qu’ils et elles subissent, pour renforcer leur écrasement psychique. Hanouna en est encore au niveau de Fernandel chantant « On dit qu’il en est », à cette différence près qu’il dispose d’un accès aux consciences infiniment plus puissant et, étant donné la façon dont il en use, bien plus dévastateur.

En faisant cela, Hanouna expose les catégories qu’il stigmatise à des violences physiques que sans doute, personnellement, il ne souhaite pas mais que l’infériorisation à laquelle il soumet ces catégories rend possible et, en un sens, légitime. Plus largement, son émission performe une société et une politique qui affirment que l’asservissement est la seule liberté que nous puissions avoir, où ceux qui exercent socialement et politiquement le pouvoir nous couvrent de merde et nous disent que nous devons nous en réjouir, manifester notre contentement étant le seul moyen par lequel nous pouvons assurer notre survie. Une société où les victimes n’existent pas, où existe au contraire un pacte entre celles-ci et les dominants, sans possibilité de critique ni de changement. Par là, Hanouna est bien le symbole d’une société dans laquelle des millions de personnes votent FN, c’est-à-dire pour un parti dont ils attendent leur libération alors que celui-ci ne leur promet, de manière très transparente, que leur servitude. Il est le symbole d’une société et d’une politique où nous sommes priés de jouir de l’asservissement généralisé opéré par l’idéologie entrepreneuriale. C’est cette société et cette politique que Pasolini a filmées il y a plus de quarante ans dans Salò ou les 120 Journées de Sodome – l’alliance du libéralisme et de nouvelles formes de fascisme…

L’émission d’Hanouna n’est pas seulement l’index de sa propre saloperie, n’hésitant pas à reprendre dans une séquence récente un des procédés par lesquels des homosexuels, en France et à l’étranger, sont piégés, battus, assassinés. Elle est aussi l’indice d’une France qui refuse les changements sociaux qui cherchent à s’imposer, qui existent déjà mais ne sont pas encore devenus des changements évidents pour l’ensemble du peuple – puisqu’en France les femmes et les LGBT ne font pas encore partie du peuple. De ce point de vue, le fait qu’Hanouna reprenne de manière obsessionnelle les vieilles caricatures concernant l’homosexualité est révélateur. C’est dans le passé qu’il va chercher les ressorts « comiques » de son émission, sans doute par manque d’imagination mais surtout parce que s’y trouve ce qu’il cherche, à savoir le discours d’une France dans laquelle les homos n’existent pas sauf dans des blagues de mauvais goût, dans un entre soi hétéro où l’homosexualité masculine est surtout un sujet de moquerie et un repoussoir nécessaire à l’affirmation de son hétérosexualité, où « ceux qui en sont » ne peuvent exister que sous le fard du ridicule, du grotesque, où ils sont toujours et en tout inférieurs, absents socialement et politiquement. Cette société est aussi celle où les femmes sont sans doute « respectées » – les femmes « respectables », sans doute pas toutes… – mais demeurent à disposition, inférieures car n’existant que pour les hommes, objet de fantasmes mais jamais sujet du discours ni de leur existence. C’est la France moisie de de Gaulle, la France que Mitterrand n’a pas voulu changer, pas plus que ses successeurs. C’est ce passé que l’émission d’Hanouna réactive, l’effet en étant un empêchement de ce qui s’est pourtant transformé dans la société et les esprits, les nouvelles possibilités de pensée et d’existence que portent pour tous, par exemple, les femmes et les gays.

Ce passéisme social et politique s’accompagne dans TPMP d’une bassesse éthique là encore étonnante. Si l’un des principaux ressorts « comiques » de l’émission repose sur la ridiculisation et l’exaltation de la vulgarité, celles-ci se confondent avec un rabaissement de tout, une bassesse généralisée. Dans la fameuse séquence évoquée plus haut, Hanouna a l’air de découvrir que la sexualité est polymorphe et implique les sexes, les anus, les bouches, les doigts, les langues. Qu’est-ce qui est drôle dans le fait qu’un homme dise à un autre homme qu’il veut lui lécher l’anus ? Qu’il le dise en étant à l’antenne sans le savoir, alors que des milliers de personnes l’écoutent ? Qu’il s’agit d’un homme qui s’adresse à un autre homme ? Qu’il utilise sa langue pour lécher un cul ? Qu’il ait ce désir ? Sans doute un peu de tout cela. Le plaisir de piéger quelqu’un, de le ridiculiser – mais qui éprouve du plaisir à piéger ainsi quelqu’un et quelle est la nature de ce plaisir ? Le plaisir de piéger un homosexuel, avec toute la charge homophobe que ce plaisir implique. Le plaisir de parler de culs et de bites même en en étant gênés, en ricanant pour se protéger contre cette gêne. Qui est gêné par un discours où il s’agit de sexualité ? Sans doute les enfants, mais ni Hanouna ni son public ne sont des enfants. Pourquoi des adultes seraient-ils gênés par un discours concernant la sexualité et exprimant le désir ? On ne voit pas, sauf à considérer que la sexualité et le désir sont gênants. Dans TPMP, tout est ainsi rabaissé car l’émission implique toujours un point de vue bas, avilissant sur les êtres et les choses, sur la pensée et le corps, sur le discours et le désir – un point de vue nihiliste et réactionnaire qui n’est que l’envers rigolo – ou se voulant tel – des pouvoirs politiques et sociaux avilissants, violents, réactionnaires, qui s’imposent, se répandent et dessinent de manière de plus en plus précise, pour nos corps et nos pensées, les contours d’un avenir glaçant…

Le pouvoir qu’Hanouna exhibe et dont il jouit est aussi celui de l’argent et des médias, de l’alliance des médias, de l’argent et des réseaux sociaux. Hanouna n’est pas le seul responsable et coupable de ce qu’il fait. Ses collaborateurs le sont tout autant, comme la chaîne qui l’emploie, les annonceurs qui financent son émission, les invités qui s’y pressent, les téléspectateurs, etc. Est tout aussi responsable et coupable le système qui trouve dans l’humiliation des personnes et de certaines catégories de la population, dans la violence sociale et politique inhérente à cette émission, une ressource pour faire de l’argent. Étant au centre de ce pouvoir, Hanouna peut dire et faire ce qu’il veut et se sait – ou se pense – intouchable. Il jouit du pouvoir des réseaux sociaux et de celui que lui permettent les milliers de « followers » (ses « fanzouzes ») qu’il mobilise pour submerger d’une vague irrationnelle et haineuse toute critique. Il n’hésite pas non plus à utiliser toutes les techniques oratoires et performatives que lui permet ce pouvoir : inatteignable, il dit ce qu’il veut, il inverse en permanence et abat les critiques, il fait participer ses victimes à sa propre défense, affirmant sans cesse la puissance nouvelle de l’argent et des médias. La logique est, là encore, celle du droit du plus fort, c’est-à-dire du plus riche, de celui qui pèse le plus dans les médias – une négation du droit au profit d’une exaltation de la force, d’un pouvoir qui se légitime lui-même par l’écrasement de toute contestation. Que serait Hanouna sans cette puissance fascisante dont il profite ?

Le problème du pouvoir, actuellement, est qu’il ne peut éviter de se révéler, de mettre lui-même au jour ses propres mécanismes qui ne sont efficaces qu’en fonctionnant devant tous, en plein jour puisque leur efficacité dépend de supports qui sont par définition visibles par tous : les médias, les réseaux sociaux, Internet, la présence et l’action dans l’espace public. De ce point de vue, l’émission d’Hanouna exhibe sans aucun secret certaines des composantes du pouvoir tel qu’il s’exerce aujourd’hui : il suffit de regarder pour voir, comprendre – et trouver de nouvelles armes.