Franck Gérard : May 1st, 2014 (Fifty-Three Days, journaux américains, 14)

© Franck Gérard
© Franck Gérard

LOS ANGELES /day fourteen.

 

Depuis le temps que je vous en parle… Demain, c’est l’heure du Road trip ; je ne sais pas où je vais ; faire comme dans la rue, attiré comme une mouche par le miel ; aller tout droit et puis soudain voir cela à droite, alors tourner : Je verrai bien où cela me mènera. Je ne suis pas le dernier, ni le premier ; une tradition, un « dépucelage » que de nombreux photographes français ou d’ailleurs ont déjà vécu ; je ne les nommerai pas, ils sont trop nombreux. Je suis tout excité ; enfin le désert que je n’ai jamais vu, nulle part, en ce monde. Je m’imagine déjà dans le parc national de Joshua Tree, seul, à l’aube ; la lumière orange ou rose effleurant des montagnes, dessinant les lignes de ces arbres endémiques ; oui, seul au monde, enfin.

Ce n’est pas comme aujourd’hui où j’ai passé 1h30 ou 2h00, je ne sais pas, dans les bouchons de Los Angeles, sur la 110 North, mais cela était tellement exotique que pas une seconde je ne me suis ennuyé. De plus, je venais de revoir le Pacifique où je me suis endormi, encore une fois sur la plage, après une petite trempette. J’avais erré en voiture dans Los Angeles durant deux heures, Beverly Hills et un quartier se nommant Beverllywood au sein de Beverly, et bien d’autres encore. Très agréable de rouler dans cette ville, cette toile d’araignée, où l’on pourrait vite se faire prendre, je le comprends. Peut-être vais-je passer par Las Vegas où le grotesque et le burlesque se côtoient. Je pense revenir samedi mais qui sait, oui, je n’ai jamais vu le désert. Je ne sais pas si je me trouverai dans des endroits où je pourrai vous envoyer mes mots, mais, en ce cas, j’écrirai en espérant vous les livrer bientôt. J’hésite entre deux images aujourd’hui ; la première dans les embouteillages avec les gratte-ciel au bord de la Higway mais j’aime trop cette petite fille, que je croise cet après-midi dans un de ces centres commerciaux similaire à bien d’autres, faisant la tortue sur une tortue. Je vais me coucher pour partir demain tôt.

Le site de Franck Gérard