Sorti le 30 mars dernier, on ne peut pas dire que l’album du nouveau duo formé par le multi-instrumentiste Ben Harper et l’harmoniciste Charlie Musselwhite – et consacré par tout ce que le Blues compte de figures saintes, soit resté coincé très longtemps dans les limbes d’une réception confinée. Ben Harper et Charlie Musselwhite, respectivement âgés de 49 et 74 ans, semblent changer tout ce qu’ils touchent en or, et ce nouvel album ne fait pas exception à la règle. Après une tournée mondiale à guichets fermés, menée tambour battant sur plus d’une centaine de dates, on a voulu passer le disque-évènement au révélateur de la critique.

Elle a écrit Corniche Kennedy, Naissance d’un pont, Réparer les vivants, elle a consacré un court récit aux naufragés de Lampedusa (À ce stade de la nuit), a emboîté les pas d’un apprenti cuisinier dans Un chemin de tables, vient d’imaginer le parcours d’une jeune peintre en décor dans le très beau Un monde à portée de main, paru chez Verticales.

S’il est dur de vivre à l’ombre du frère, le songwriter californien Peter Harper semble savoir comment s’affranchir des figures tutélaires. À l’occasion de la parution de son deuxième album, intitulé « Break the Cycle », nous nous sommes longuement entretenus avec l’artiste, jadis plasticien et sculpteur, sur sa relation à la création et aux arcanes du mythe familial, tandis que son frère Ben Harper s’apprêtait à faire paraître l’opus  » No Mercy in This Land », en duo avec le légendaire harmoniciste Charlie Musselwhite.

« Moving Frontiers – Do and undo / Faire et défaire », plateforme de recherche artistique initiée par Sylvie Blocher et Antoine Idier à l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy, organise quatre journée de rencontres, performances et projections à Paris, du 23 au 26 mai 2018. En lien avec la Triennale SUD2017 à Douala, au Cameroun, cette plateforme se propose d’interroger les frontières et les territoires mais aussi de faire place aux problématiques contemporaines sur l’Afrique, la migration, la question coloniale et postcoloniale.

L’histoire des suffragistes radicales, le combat oublié des ouvrières du nord de l’Angleterre est un ouvrage à quatre mains, écrit conjointement par deux historiennes britanniques Jill Liddington et Jill Norris, disparue prématurément dans un tragique accident de voiture (1949-1985). La première publication de cet essai remonte à 1978, sous le titre original, One Hand Tied Behind Us. The Rise of the Women’s Suffrage Movement, aux éditions Virago, un grand succès de librairie, selon la formule désormais consacrée. L’ouvrage a été réédité, par la seule Jill Liddington, en 2000 aux éditions Rivers Oram. Mais la traduction en français très récente, mars 2018, aux éditions Libertalia, est le fruit du travail de Laurent Bury. Fabrice Bensimon, dont on a grandement apprécié Les sentiers de l’ouvrier, le Paris des artisans britanniques (1815-1850), en a assuré la préface.

Depuis Les choses, prix Renaudot 1965, on doit à Georges Perec dix-sept ans de production littéraire brillante et extrêmement originale, jusqu’à sa mort, en 1982. Cette magnifique originalité a connu son apogée en 1969 avec la publication, entre autres, du célèbre roman La disparition, puis, en 1971, des Revenentes. Cependant les amis et admirateurs de Perec ont permis une certaine continuité, puisque nombre de ses ouvrages ont été l’objet d’une publication posthume. Ainsi en 2012 parut Le condotierre, dont le manuscrit avait été égaré par Perec en 1966. De la même manière fut imprimée, en 1991, et rééditée en 2003, une véritable perle encore trop méconnue, Cantatrix Sopranica L. et autres écrits scientifiques, par le biais de la fidélité en amitié de Marcel Bénabou, professeur émérite d’histoire romaine à l’Université Paris VII, et, surtout, comme il se définit lui-même « secrétaire provisoirement définitif » de l’OuLiPo.

Fabrice Bensimon, enseignant-chercheur à l’université Paris-Sorbonne, spécialiste de la Grande-Bretagne au XIXè siècle, Research Fellow au London University College, et Sabine Reungoat, maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Paris-Est Créteil, ont uni leurs efforts — le premier pour ce qui concerne la recherche, la seconde pour la traduction des textes ainsi trouvés — pour faire découvrir un pan méconnu et commun à l’histoire de la France, du Royaume-Uni et de Paris : le résultat est un ouvrage tout à fait édifiant et inattendu de 136 pages, publié aux éditions de la Sorbonne en novembre 2017.

Cest presque une institution qui va cesser de paraître le 30 avril prochain, New Musical Express, abrégé depuis belle lurette en NME, magazine musical grand-breton dont l’aura est internationale. Créé en 1952 NME, dont le siège a toujours été à Southwark, au sud de London Bridge, est devenu hebdomadaire en connaissant une expansion phénoménale et en profitant du boom musical des années 1960.

Tout a été dit, écrit, enregistré ou filmé sur Winston Churchill, surtout pendant les six derniers mois, mais il manquait un ouvrage qui rassemble tout, jusque dans les moindres détails, sur feu le premier ministre britannique de la seconde guerre mondiale, une sorte d’encyclopédie Churchill. C’est chose faite depuis décembre dernier, avec la parution aux éditions Perrin d’un ouvrage colossal (862 pages !), Churchill Le Dictionnaire, que l’on doit à Antoine Capet, grand spécialiste hexagonal de Winston Churchill.

Depuis la campagne pour l’élection présidentielle de 2012, un singulier virus a surgi qui s’est prolongé en 2017 en faisant apparaître des symptômes spécifiques liés à une altération apparente de la santé de bon nombre d’électeurs et une classification spécifique de ces mêmes électeurs. Tous ces individus souffriraient de ce qu’il convient de nommer la « mélenchonnite », une tendance accrue à récuser tous les programmes, tous les faits avérés et toutes les préconisations politiques et sociales si elles ne sont pas agréées et validées par un élu qui répond au nom de Jean-Luc Mélenchon donc. Les adeptes de l’élu (mot qu’ils entendent au sens biblique) sont généralement désignés comme étant des « mélenchonnâtres ».

The Thames Barrier

Les tristement célèbres inondations de 1953, consécutives à un énorme orage en Mer du Nord dans la nuit du 31 janvier au 1er février, ont laissé des traces indélébiles en Belgique, aux Pays-Bas, en Écosse et en Angleterre (où il y eut 307 victimes), particulièrement à Londres, puisque le lit de la Tamise ne put contenir cette marée inhabituelle. De fait les gouvernements successifs de sa déjà et toujours gracieuse majesté ont réfléchi, pendant de nombreuses années, à une solution qui permettrait d’endiguer une montée exceptionnelle des eaux du fleuve. Ces réflexions prirent pour base le rapport d’un mathématicien britannique d’origine autrichienne, Sir Hermann Bondi, qui, dès 1953, préconisa la construction d’une sorte de barrage flexible.

Antoine Culioli

Avec la disparition du linguiste Antoine Culioli, vendredi 9 février, c’est un chercheur discret et inlassable mais aussi un pan entier du cursus de très nombreux linguistes et anglicistes qui s’en vont. Après son admission à l’ENS (un magnifique exemple de l’efficacité et de l’exemplarité de l’école publique, puisque ses parents étaient de simples instituteurs corses), son succès à l’agrégation en 1944, et sa thèse en 1960, Antoine Culioli a accompli l’essentiel de sa carrière à l’université Diderot (Paris VII), où il fut professeur de linguistique et a largement développé une linguistique de l’énonciation, base fondamentale de son travail et de sa recherche.

Is it fake ? Cette question désormais récurrente que le 45è président des États-Unis a introduit de force dans la vie et le langage quotidien en rappelle une autre. Les cinéphiles ont tous en mémoire le remarquable film de John Schlesinger, Marathon Man (1976), et le célèbre harcèlement répétitif de l’ex-bourreau nazi, le terrifiant docteur Christian Szell, interprété par Laurence Olivier, qui s’attaque, roulette en main, à une dent très saine de Thomas Babington Levy (Dustin Hoffman) pour lui faire avouer ce qu’il ne sait pas de la vie de son frère agent secret, is it safe ? Toute une génération est allée chez le dentiste avec un plus d’angoisse après cela. Désormais toute une génération a tendance, en apprenant une nouvelle importante, à se poser cette question angoissante et récurrente, is it fake ?

En dehors du monde des passionnés de théâtre, et même parmi les aficionados qui, chaque année vont au in ou au off d’Avignon, il est fort probable que le nom de Jean Dasté n’évoque peut-être rien, en tout cas aucun souvenir précis, ingratitude inéluctable du temps qui passe envers celui qui a cependant et inlassablement servi la passion de sa vie, le théâtre, et tracé la voie de Jean Vilar, Roger Planchon et Ariane Mnouchkine, entre autres.