Coache ta vie

Allez, coache ta vie, vas-y, n’hésite pas, tu es bien, tout ira bien, allez, n’hésite pas, vas-y, coache ta vie.
Tu te réveilles, tu es encore embrumé, ne te précipite pas, ouvre les yeux, ouvre-les, regarde, regarde autour de toi, tu es chez toi, c’est ta chambre, les murs sont blancs, lumineux, la nuit est finie, les rêves aussi, oublie-les, la lumière, ouvre les yeux, respire, la lumière, respire, ça y est, tu es réveillé, tu peux te lever, la journée commence, c’est une belle journée, ça va être une belle journée, coache.
Dirige-toi vers la cuisine, tu es déjà heureux, sois déjà heureux, la journée sera heureuse, tu verras, marche lentement, respire, ça y est, tu y es, « bonjour, chéri », c’est ta femme, réponds-lui, « bonjour, chérie », embrasse-la, tu aimes sa peau, c’est ta femme, tu l’aimes, tout va bien, tu coaches. Mange, peu, comme il faut, ce qu’il faut, pour démarrer comme il faut. Du café, pas trop, du vrai, du bio, un seul sucre, du sucre de canne, du vrai, du bio, sois bio, ce qui va dans ton ventre doit être bio, ton ventre doit être bio, la vie est bio, tu es bio, coache, du pain, pas trop, du vrai, fait maison, tu sais ce qu’il y a dedans, du miel, du vrai, il vient de la montagne, tu connais, tu sais d’où, du bio, un verre de jus de pomme, tu connais aussi, de la vraie pomme, une vieille race de pomme replantée, de la vraie, de la vieille, de la bonne, de la bio. Tu es ce que tu manges, n’oublie pas, du bon, du vrai, pas trop, comme il faut. Ça commence bien, tu vois, tu coaches.
Du bruit, les enfants. Deux. Tu en as deux. Une fille, un garçon. Tu as de la chance. Rends-toi compte, une fille, un garçon. Le féminin, le masculin. Ta famille est équilibrée, ta famille n’est qu’équilibre. C’est ça que tu dois atteindre, l’équilibre, toujours l’équilibre. Jamais trop, jamais pas assez, toujours comme il faut. Tu les embrasses, ta femme les embrasse, vous les embrassez. Les nourrir, bio, équilibré, c’est important, surtout le matin. Préparer la journée, vérifier s’il ne manque rien dans les sacs, leur dire que ça ira, les rassurer.
Va aux toilettes. Un moment de tranquillité. Profite-en. Respire avec le ventre. Gonfle-le. Inspire. Rentre-le. Expire. Et vide-toi. Tu es neuf. Tu es prêt.
Passe à la salle de bain. La douche, l’eau, sa fraîcheur, sa pureté. Ta douche est multi-jets, l’eau te lave, l’eau te masse. Tu es neuf, dynamique, prêt. Après t’être rasé, un baume, à l’eau thermale, aux plantes, ta peau est en pleine forme, apaisée. Neuf, dynamique, prêt. Puis un dentifrice bio, pour tes dents extra-blanches. Neuf, dynamique, prêt.
Habille-toi. Choisis avec soin tes habits. Du coton. De la laine. Du cuir. Du 100%. Du naturel. Tes habits t’épousent, ils épousent tes gestes. Tu te sens souple, à l’aise. Tu vas sortir, te lancer dans une nouvelle journée. Vas-y, continue, coache ta vie.
La voiture glisse. Silencieuse. La musique est douce. Respire profondément. Fais le point. Envisage ta journée, anticipe, qu’il n’y ait pas de surprise, que tout se déroule comme il faut. Détends-toi. Respire. Tu es prêt. Tu vas tout maîtriser. Tu es calme. Coache, coache.
Tu n’as rien à craindre.
Tes compétences sont excellentes.
Tu as une expérience significative.
Tu sais manager et cadrer tes équipes.
Tu sais être force de propositions.
Tu sais affirmer tes points de vue.
Tu es capable de résister à la pression.
N’aie pas peur. Tu vas t’impliquer à fond. La journée va être une réussite. Coache, coache ta vie.
Tu te gares. Entre, salue. Ton sourire, tes dents extra-blanches.
Tu aimes être là. Tu es heureux, oui, tu es heureux, sois heureux. Tu vas gérer impeccablement. Tu coaches, tu coaches.
N’oublie pas, il va te falloir marcher, bien droit, le regard impassible, ne pas traîner, ne pas foncer, à la vitesse adéquate.
Il va te falloir serrer des mains, avec fermeté, mais pas trop, une juste dose de fermeté.
Il va te falloir parler, trouver le ton qui convient pour chaque situation.
Tout ça tu sais le faire, tu as l’habitude, coache, coache.
Il y aura peut-être un conflit, il faudra le résoudre, amener l’autre à suivre ta volonté, ou alors trancher, aie confiance, c’est toi qui coaches.
La respiration, c’est essentiel, dès que tu es seul respire, inspire, expire, gonfle le ventre, rentre le ventre, l’air, coache, coache.
Le repas avec les responsables, tu écoutes, tu es attentif, tu réponds, mais en même temps tu penses à ce que tu manges, en quantités modérées, tu penses à mastiquer, tu visualises le trajet de la nourriture à travers ton œsophage jusqu’à ton estomac, elle va te donner la force nécessaire.
Les réunions, tu incites à la parole, tu facilites l’expression, tu résumes, tu donnes des axes, des idées directrices, des objectifs, tu encourages.
Les dossiers, les synthèses, les notes, ne pas t’énerver, tu y arriveras, ne panique pas, dossier après dossier, synthèse après synthèse, note après note, sans t’affoler, l’esprit clair, au mieux, sans faiblir, tu es performant, indispensable même, tu le sais, tu coaches, tu coaches.
C’est fini, la journée de travail est terminée, tu vois, tu as réussi, tu es heureux d’avoir réussi, tu as réussi et tu es heureux, continue, coache ta vie.
La voiture. Elle glisse. Tu conduis comme au ralenti, tes gestes sont comme au ralenti. Pas de musique. Le silence. Tu récupères. Tu retrouves la paix.
Tu t’arrêtes devant un fleuriste. Tu achètes un bouquet. Un beau bouquet aux belles couleurs. Tu vas l’offrir à ta femme. Chaque jour il faut un don. Tu t’agrandis de ce don.
Grâce à toi ta vie est une œuvre.
Tu coaches, tu coaches.
La voiture dans le garage, à sa place, au repos, bien à sa place, tu fais le tour du jardin, tout est à sa place, tu es content que tout soit à sa place, tu le mérites.
La peau des enfants, de ta femme, attend tes lèvres. C’est la récompense.
Tu as bien cadré, géré, et tu as leur peau, leur odeur. Tu sais ce qu’est le bonheur.
Tu te douches, te changes, tu te lâches, il faut savoir se lâcher, lâche-toi, tu prends des nouvelles des uns, des autres, donne un coup de main à la cuisine, mets la table, c’est bon de participer à la vie de famille, d’être ensemble. Ça aussi c’est coacher, se laisser aller, ça aussi c’est important, pour la plénitude que tu construis.
Le repas est sain, rien de gras, d’artificiel, que du naturel, du bio, ton corps se rassasie, sans trop, juste comme il faut, tu es ce que tu manges, rappelle-toi.
Tu regardes les infos, tu te dois d’être au courant, de savoir, de comprendre le monde qui t’entoure. Les catastrophes ne manquent pas, tu compatis aux douleurs des victimes, mais sans excès, sache te préserver. Coache, coache ta vie.
Puis tu éteins la télé. Tu n’es pas aliéné à l’écran, tu ne veux pas l’être, ne le sois pas, et confortablement assis dans ton fauteuil, près de l’insert où les flammes flamment, tu lis. Tu lis le dernier prix G., tu le lis chaque année, comme tu lis les livres qui font l’actualité, en alternance avec des classiques, tu es moderne, mais tu connais aussi les valeurs sûres, toujours à la recherche de l’équilibre, sois toujours à la recherche de l’équilibre.
Tu n’oublies pas d’aller embrasser les enfants, de parler un moment avec eux, à voix basse, de les préparer au sommeil, de leur montrer que tu les aimes, que tu ne les abandonnes pas à la nuit.
Tu coaches, tu coaches.
Et après les toilettes, la salle de bain, tu t’allonges, tu t’allonges à côté de ta femme. Le lit.
Tu la pénètres, elle gémit, elle jouit, tu jouis, vous avez joui. Tu as fini la journée en la pénétrant et en jouissant de concert.
Ce fut vraiment une belle journée, tu te la remémores, oui, une belle journée, une réussite, tu es heureux, tu vois, tu es heureux, tu n’a rien laissé au hasard, tu as coaché à merveille.
Demain sera de même, tu verras.
Il est temps de dormir, de renouveler tes forces. Dors. Allez, coache ta vie, dors.