Les nuits maintenant sont pleines de vent et de destruction (Les yeux grands fermés)

© Jean-Philippe Cazier