J’aime lire Duras au-delà de Duras. Elle même disait qu’après sa mort il resterait le lecteur, les petits lecteurs, j’en suis un. Mais je ne lis pas Duras en son temps circonscrite, j’ai beaucoup lu Duras, jusqu’au dégoût, puis j’ai arrêté de la lire n’arrivant plus à voir les phrases comme au début, et je l’ai oubliée plusieurs fois, et j’y suis revenu, j’y reviens. Aujourd’hui, je m’efforce de lire Duras comme si elle avait écrit pour le futur, depuis son inconnaissable à elle, dans mais aussi pour et depuis le futur, vers nous, les lecteurs présents, pour nous révéler des choses. Transmettre des messages ? Lacan parlait d’un savoir de Duras qu’elle-même ne savait pas. Il y a de ça. C’est un peu outrecuidant mais il y a de ça, oui.