On peut vivre au Canada ou le visiter sans rencontrer trace des Premières Nations. Le plus visible, ce sont les bibelots en série dans les magasins de souvenirs, pirogues ou poupées indiennes entre autres colifichets. Pourtant il suffit de s’arrêter dans une librairie pour trouver plus d’un livre qui nous informe, nous enchante ou nous bouleverse.

Ciel de nuit blessé par balles, du poète Ocean Vuong (né en 1988 au Viêtnam et arrivé aux États-Unis à l’âge de deux ans), est un grand livre que j’ai lu en anglais à sa sortie en 2016 avant de le lire en français en 2018, dans la grande traduction de Marc Charron, qui enseigne à l’Université d’Ottawa, au Canada.