Josyane Savigneau publie un recueil de rencontres et portraits, sous le signe de La Passion des écrivains, quand bien même tous les textes ici rassemblés ne concernent pas des auteurs stricto sensu : 29 articles donc, présentés comme des « exercices d’admiration », dessinant la cartographie d’« un paysage qui aujourd’hui commence à s’éloigner », une vue en coupe du champ littéraire de ces trois dernières décennies, Robbe-Grillet, Patricia Highsmith, Simone de Beauvoir, Toni Morrison, Dominique Rolin, Jérôme Lindon, Joyce Carol Oates, etc.

Genre libre

Ce portrait qui a surgi sur un mur de la rue de la Villette est résolument l’empreinte, l’emblème ou encore la signature stylisée de la graffeuse Kashink. Il complète la série des portraits « genres libres » qu’elle imprime sur les murs bétonnés du Nord-Est parisien pour nous raconter autrement sa ville, son identité, nos identités. Une ville aux multiples métissages faisant exploser les codes sociaux pour nous dévoiler nos multiples facettes : féminin/masculin ; mexicain/punk ; arts tribal/moderne.

Vertiges de la lenteur_couvLa revue La Femelle du Requin, créée à l’automne 1995 et toujours plus vivante, entretient un rapport exigeant avec la littérature contemporaine, entre lenteur et vertiges. Pour les vingt ans du Requin, « l’âge de tous les possibles », un livre, paru au Tripode, rassemble vingt entretiens dans un volume qui est moins un anniversaire ou une anthologie que le feuilleté, vivant et passionnant, d’un temps et un espace : la littérature.