Patrice Nganang

Patrice Nganang avait été arrêté et emprisonné à Yaoundé le 6 décembre dernier. Son procès, négation de toute liberté d’expression devait avoir lieu le 19 janvier prochain (Lire ici l’article de Jeune Afrique). L’écrivain a finalement été expulsé du Cameroun vers les États-Unis la semaine dernière. Comme l’écrit Timba Bema dans une tribune publiée dans Libération, « Il n’est plus à démontrer que le Cameroun est une tyrannie à l’agonie » qui « pousse à l’exil ses meilleurs talents et veille à les y garder ». La parole y est surveillée, toute critique ou volonté de changement sévèrement réprimées.

Patrice Nganang

Patrice Nganang, en garde à vue depuis le 6 décembre, a été écroué à la prison centrale de Kondengui, à Yaoundé. Le procès de l’homme révolté, négation de toute liberté d’expression aura lieu le 19 janvier prochain (Lire ici l’article de Jeune Afrique).
Une pétition en soutien de Patrice Nganang peut être signée ici.
Diacritik relaie une campagne à l’initiative de Timba Bema et de Jean-Michel DevésaLire pour que Patrice Nganang soit libéré. Read to make Patrice Nganang free.
Aujourd’hui, Nyasha Bakare, l’épouse de Patrice, lit un extrait de Mount Pleasant.

Read to make Patrice Nganang free, Lire pour que Patrice Nganang soit libéré.
L’écrivain et intellectuel, en garde à vue depuis le 6 décembre, a été écroué à la prison centrale de Kondengui, à Yaoundé, dans la nuit de jeudi à vendredi. Son audition devant le tribunal de première instance de Yaoundé, le 15 décembre a abouti au renvoi au 19 janvier de son procès pour « apologie de crime, outrage à corps constitué et menaces » (Lire ici l’article de Jeune Afrique). Une pétition en soutien de Patrice Nganang peut être signée ici. Diacritik relaie une campagne à l’initiative de Timba Bema et de Jean-Michel DevésaLire pour que Patrice Nganang soit libéré.
Aujourd’hui, les dernières pages de Temps de chien, par Caroline D.

Read to make Patrice Nganang free, Lire pour que Patrice Nganang soit libéré.
L’écrivain et intellectuel, en garde à vue depuis le 6 décembre, a été écroué à la prison centrale de Kondengui, à Yaoundé, dans la nuit de jeudi à vendredi. Son audition devant le tribunal de première instance de Yaoundé, le 15 décembre a abouti au renvoi au 19 janvier de son procès pour « apologie de crime, outrage à corps constitué et menaces » (Lire ici l’article de Jeune Afrique). Une pétition en soutien de Patrice Nganang peut être signée ici. Diacritik relaie une campagne à l’initiative de Timba Bema et de Jean-Michel DevésaLire pour que Patrice Nganang soit libéré.
Aujourd’hui, les premières pages de La saison des prunes, par Timba Bema.