Suite au succès phénoménal de L’Armée Brancaleone en 1966, le réalisateur Mario Monicelli et ses coscénaristes Agenore Incrocci et Furio Scarpelli récidivent quatre ans plus tard avec une suite qui n’a rien perdu de son originalité : Brancaleone s’en va-t-aux croisades. Depuis, le diptyque est devenu culte pour une poignée d’aficionados, sidérés par le ton unique du récit, mélange d’aventures moyenâgeuses et de scénettes burlesques qui doivent autant à la littérature médiévale qu’aux comic strips contemporains. Aujourd’hui, seul le deuxième titre sort en vidéo, mais c’est assez pour se réjouir – en espérant tout de même que l’Edizione Maestro parvienne un jour ou l’autre à mettre la main sur le premier.

 

Massimo Troisi

Quand on demandait à Massimo Troisi, pourquoi il tournait peu de films et jouait peu de rôles au cinéma, il répondait : « Cela tient en gros à deux raisons : la paresse et la pudeur. Ou mieux, une paresse contaminée par la peur de la banalité et de la superficialité : toutes les histoires que j’invente me semblent toujours très limitées et inutiles ». On voit bien qu’à travers cette crainte d’être submergé par la banalité, le lieu commun, le trivial, le déjà vu, se dessine une ligne de conscience critique. Troisi, comédien, cinéaste et metteur en scène, montre ainsi son insatisfaction face à soi-même et à la création. Une insatisfaction qui est une constante chez l’homme qu’il est, comme une maladie. Et c’est bien de cette attitude que son œuvre est empreinte, cette attitude qui dénote et connote un style aussi bien qu’une aspiration artistique et intellectuelle. Ce n’est pas un hasard si son modèle culturel était Pasolini.