Entre la fiction et le réel, les frontières sont poreuses. Les dystopies semblent s’épanouir dans la première. Tellement, même, qu’il devient difficile de penser que leur abondance, en ce début de XXIe siècle, soit sans rapport avec le contexte où elles s’expriment. Tensions sociales et politiques, emportements et envahissements techniques, féodalisations économiques, dégradations écologiques (liste évidemment non exhaustive) paraissent redonner des conditions historiques favorables à ces descriptions de sociétés ayant déraillé du chemin du progrès collectif : littérature, cinéma, jeux vidéo et autres supports culturels les ont largement accueillies.

Suite au succès phénoménal de L’Armée Brancaleone en 1966, le réalisateur Mario Monicelli et ses coscénaristes Agenore Incrocci et Furio Scarpelli récidivent quatre ans plus tard avec une suite qui n’a rien perdu de son originalité : Brancaleone s’en va-t-aux croisades. Depuis, le diptyque est devenu culte pour une poignée d’aficionados, sidérés par le ton unique du récit, mélange d’aventures moyenâgeuses et de scénettes burlesques qui doivent autant à la littérature médiévale qu’aux comic strips contemporains. Aujourd’hui, seul le deuxième titre sort en vidéo, mais c’est assez pour se réjouir – en espérant tout de même que l’Edizione Maestro parvienne un jour ou l’autre à mettre la main sur le premier.