Capture d’écran 2016-06-22 à 13.38.12

Cest un peu cavalier de vous appeler par votre prénom et de m’adresser ainsi à un défunt. Mais si nous ne nous connaissions pas, enfin vous ne me connaissiez pas (le contraire eût été peu probable), cependant vous m’étiez tellement familière pour de multiples raisons. Vous étiez tellement attachante, sympathique et digne d’un profond respect que votre disparition m’a affecté comme si nous étions de la parenté comme disent nos cousins québécois.