Régis Debray
Régis Debray

« Qui s’attarde s’abîme, qui part avant l’heure restera dans les cœurs » : c’est avec cette maxime que Régis Debray évoque le destin de deux hommes qu’il a bien connus et même côtoyés pendant une longue période, Fidel Castro et Che Guevara. Cette phrase inaugurale pose la question du mythe du héros romantique, comme un épigraphe aux souvenirs de l’écrivain, égrenés pendant les deux heures du documentaire remarquable réalisé en 2014 par Yannick Kergoat. Diffusé par Arte le mercredi 18 mai (hélas à partir de 23h !) en deux épisodes d’une heure intitulés Itinéraire d’un candide et République, le documentaire est disponible sur Arte-Replay jusqu’au 25 mai prochain. 

OSteiner

Le massacre a eu lieu, le massacre a lieu, le sang est à peine séché et le sang coule, la terre au-dessus des cercueils est encore fraîche, remuée, on est toujours dans la sidération quoi qu’on dise, ce qui s’est passé déborde, nous déborde, débordera toujours. On veut tous faire quelque chose, allumer une bougie, mettre du rouge du bleu du blanc à la fenêtre, poser des fleurs, une simple rose ou un poème ou une corbeille, une couronne, un dessin d’enfant, je ne sais pas, verser des larmes aussi bien, chanter, prier, penser, je ne sais pas, on veut tous faire quelque chose et on ne sait pas quoi alors on fait ce qu’on peut, qu’est-ce qui peut être utile ?