Après son brillant essai sur La Haine de la littérature, William Marx revenait, en cette rentrée d’hiver 2018, avec Un savoir gai, nouvel essai aussi neuf qu’incisif portant sur le désir homosexuel, le rapport spécifique qu’il entretient au beau et à la vérité,  propos politique questionnant l’hétérocentrisme indéfectible de la société. L’occasion pour Diacritik de revenir sur ces fragments du désir homosexuel le temps d’un grand entretien de Johan Faerber avec l’auteur, mis en ligne le 11 janvier 2018.

Ciclic, en partenariat avec Diacritik et la Maison Max Ernst vous a proposé une série de rencontres avec Camille de Toledo, autour de son puissant projet Écrire la légende. Lors d’un ultime rendez-vous, le 23 juin à 15h, l’écrivain poursuit sa lecture inquiète et noire du texte en cours d’écriture et dévoile comment le livre à venir, longtemps reculé, est devenu possible grâce à la mise en partage lumineuse du passé lors de ces rencontres mensuelles à Huismes (37).

Macron, c’est l’avènement d’une ère, celle de la responsabilisation comme discours criminogène. Comment ne pas être stupéfait par les propos tenus sur la vidéo postée par sa conseillère, propos tenus par celui qui vous sert de président depuis bientôt un an ? Le discours ici proféré s’appuie sur une notion clef de l’ère criminogène : la responsabilisation. Les aides sociales coûtent « un pognon de dingue », elles ne servent à rien : les pauvres demeurent toujours en dépit des aides pharaoniques accordées toujours invariablement pauvres. Ils sont toujours à eux-mêmes leur propre tautologie, c’est ça qui est désespérant, donc inutile. Il va falloir, dit Macron, les responsabiliser.

« Il faut prendre soin de ceux qui restent et enterrer les morts. On n’écrit pas autre chose. Des tombeaux » avançait Mathieu Riboulet, partageant sa voix avec Patrick Boucheron, à l’entame de Prendre datesà propos des attentats de 2015 pour venir dire combien, désormais, à la mesure des morts qui peuplent les jours et les nuits, il appartient à chacun d’œuvrer non à la déploration continue et au deuil irréversible des êtres disparus mais d’en convoquer la revie depuis la littérature même.

Non content d’enseigner la littérature, d’en être le passeur inlassable sur Diacritik, Johan Faerber la théorise dans ses livres, comme dans son Proust à la plage qui paraît aujourd’hui chez Dunod. Récit intime et passionné de la vie de Marcel Proust, soit « la vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie, par conséquent, réellement vécue » (Contre Sainte-Beuve), en lien constant avec l’écriture et la lente et têtue genèse de la Recherche, ce Proust s’offre comme un « roman critique ».
L’occasion d’inverser les rôles et de soumettre notre initiateur de grands entretiens à la question.