Eduardo Dos Santos, au centre, sa fille Isabel, source Bamada.net

On aurait tort de croire qu’avec le départ du pouvoir de Robert Mugabe et de sa vorace épouse, Grace, les problèmes de l’Afrique corrompue appartiennent au passé. D’abord le couple zimbabwéen a consenti à s’en aller avec un pactole digne de ce que Laurent Blanc a gagné au loto qatari, lorsqu’il a été viré de son poste d’entraîneur du Paris Saint-Germain. Ensuite, avant que le peuple du Zimbabwe ne se remette des ces longues années de dictature, il ne faut pas oublier que les voisins angolais — et ils sont malheureusement loin d’être les seuls — endurent depuis presque aussi longtemps les frasques de la famille Dos Santos.