Gary Younge, rédacteur-en-chef du service international du Guardian, a écrit cette phrase mémorable le 15 décembre à propos de l’année qui se termine, A year that starts with the election of Donald Trump and ends with the far-right heading into the Bundestag needs journalism with courage, insight and a sense of humour, « Une année qui commence avec l’élection {en fait l’intronisation} de Donald Trump et se termine avec l’entrée de l’extrême droite au Bundestag nécessite une pratique courageuse et perspicace du journalisme et le sens de l’humour ». Il est certain que, dans l’immédiat, il vaut mieux en rire puisqu’il n’y a pas d’autre solution, vu d’ici. A ce propos se pencher sur la polysémie du vocable trump semble à la fois divertissant et instructif.

Amandine André et AC Hello photo : JP Cazier
Amandine André et AC Hello photo : JP Cazier

Amandine André et A.C. Hello font partie des nouvelles écritures du champ poétique contemporain, un champ où elles s’inscrivent et qu’elles redéfinissent de manière singulière – quitte à s’interroger sur leur appartenance à quelque chose qui serait la poésie.
Rencontre et entretien fait de croisements entre la littérature, la politique, la performance, la langue et ses dehors, la danse, la lecture, Danielle Collobert, la bibliothèque verte, Deleuze ou Bukowski.

1

La voix résonne dans le casque. The return of the Thin White Duke. La voix est à la fois présente et absente, détachée, ailleurs. Throwing darts in lovers’ eyes. David Bowie est décédé le 10 janvier 2016. Pourtant sa voix est toujours là, au présent, lançant des fléchettes dans les yeux des amants. It’s too late to be grateful, it’s too late to be hateful. Comment la voix d’un mort peut-elle exister ? Voix après la mort ? Voix vivante d’un mort ? Et qui est mort si la voix est toujours là ?