Capture d’écran 2016-01-16 à 14.04.41

Meaulnes ressemble à cet exemple de nos vieilles grammaires latines : puer egregia indole — un enfant d’un naturel remarquable. Il est le seul de son espèce, il sort du troupeau (ex grege). Bel adjectif, egregius. Autant que l’inverse est hideux : vulgus gregariae indolis — une foule au coeur moutonnier. Qu’Alain-Fournier soit mort si jeune dans le première guerre de masse, que Meaulnes soit son fils unique signent la mort des égrégaires. Fin des exemplaires uniques. Ecce l’âge des groupies. D’où, chorus :

En Bowie il n’y a rien de fini ; en Bowie, il n’y a rien de transitoire ; en Bowie il n’y a rien qui tende vers la mort. Il s’ensuit que pour Bowie le présent n’existe pas… (Psaumes de la Marchandise)

Si ces dispositions venaient à disparaître comme elles sont apparues, si par quelque événement dont nous pouvons nous effrayer sans en deviner la promesse, elles venaient à basculer, alors on peut bien parier que le visage de l’homme s’effacerait, comme à la limite de la mer un visage de sable.
Michel Foucault

Hercule et l’Hydre de Lerne
Hercule et l’Hydre de Lerne

En 1809 à Delphes, dans la grotte de la Pythonisse, Lord Byron grave au couteau un graffiti en anglais sur la tranche d’un chapiteau descellé de sa colonne : Know thyself (avec son nom). Il corrige l’oeuvre du temps qui a effacé ou perdu, sur le premier degré du temple, le célèbre Gnôthi seauton que, du temps de Pausanias, les touristes déchiffraient encore.

bambi
L’homme qui fuit (1) : apologue pour le capital à retrouver ici

Capture d’écran 2016-01-01 à 19.35.13

 

 

 

 

Le 13 et le 15 mai 1870, Rimbaud rédige ab irato les deux lettres dites du voyant. Le 14, entre les deux lettres, sa sœur Isabelle fait sa communion. La Commune enflamme Paris. Arthur rage d’y être absent et rêverait d’en découdre au lieu d’être traîné vif à de vieilles dévotions. Entre Commune et Communion, il y a plus qu’un jeu de mots. Les deux lettres du voyant représentent l’effort de Rimbaud pour penser les deux choses ensemble.

 

Capture d’écran 2015-12-04 à 15.31.33

C(.), à 19:50, poste un statut sur facebook : « enfin chez moi ! » (avec icône). J’essaie de reconstituer la séquence des événements : elle rentre, abrutie de monde, pousse un soupir, se déchausse, se jette dans son divan, mais quelque chose d’apeuré continue de bouger en elle comme un rongeur dans un trou. Alors, au lieu de se poser, elle sort son smartphone de son sac, ouvre sa page facebook et publie son réconfort d’être tranquille à la maison. Son soulagement d’être seule n’est réel que dans la seconde où elle en fait part à tous.

Yorick

(S.P.)

S(.) me raconte une histoire. Il passe ses congés d’été dans une maison de campagne isolée au bord d’un grand bois. Un soir qu’il revient de courir, il trouve devant la maison, garé au bord la route, un homme en flottant de course. L’homme demande à S(.) s’il n’a pas vu sa chienne. C’est un dogue allemand bleu. Il l’a perdue dans les bois. S(.) lui dit qu’il n’a rien vu. Un long silence s’installe.