Disons-le sans détours : Une Hallucination française de Blackmail qui sort le 22 février est un grand disque, sans doute l’un des plus remarquables de ces dernières années. En 10 titres, d’une rare noirceur synthétique, le groupe formé par Sylvain Levene, Stéphane Bodin et François Marché change la donne : une grande et ample narration traverse l’album, comme un récit fragmenté sur les soulèvements politiques du contemporain. Entre Simon Johannin et Antoine Wauters, leur disque, aussi littéraire que musical, les installe comme une manière de Comité Invisible de la pop. Inutile de vous dire que Diacritik ne pouvait manquer d’aller à la rencontre du trio électronique le temps d’un grand entretien où ils ont choisi de répondre d’une seule voix.

Pour reprendre une phrase de Pierre Michon que cite Johan Faerber, le Grand écrivain c’est « l’épuisant cinéma du génie », une manifestation et mise en scène de l’auteur par lui-même. La pose pourrait être seulement « ubuesque et mégalo » (Michon toujours), en cela divertissante, si elle ne prenait pas, trop souvent, des accents nationalistes. C’est cette fabrique que décrypte Johan Faerber, celle d’un Grand écrivain que le public, les médias comme la politique — voire l’enseignement et l’édition — appellent de leurs vœux, dans un essai décapant qui paraît aujourd’hui et que nous présente son auteur dans un grand entretien.