Diane Setterfield : « Un roman gothique comme un fleuve, avec ses affluents et ses méandres » (Il était un fleuve)

Diacritik a toujours eu à cœur de défendre la littérature étrangère et ceux sans lesquels elle demeurerait inaccessible à une grande partie du lectorat français : les traductrices et traducteurs. Carine Chichereau a accepté de tenir une rubrique régulière dans nos colonnes, pour évoquer, en vidéo, un texte dont nous lui devons la version française. Aujourd’hui, Il était un fleuve de Diane Setterfield tout juste paru aux éditions Plon.

« Aux frontières de ce monde, existent d’autres mondes » : l’épigraphe d’Il était un fleuve est une invitation au voyage. Carine Chichereau, qui l’a traduit, nous le présente ce livre, explicitant les jeux de Diane Setterfield avec les codes du roman gothique et des contes, mais aussi son intertexte avec les romans de Dickens.

Diane Setterfield, Il était un fleuve (Once Upon a River), trad. de l’anglais par Carine Chichereau, éd. Plon « Feux Croisés », mai 2019, 480 p., 24 € — Lire un extrait

Carine Chichereau est également la traductrice de L’Homme au manteau noir (Pocket).