À propos de la manif du 17 novembre

Le monde se meurt. Les humains sont, dans le même temps, coupables et victimes d’une catastrophe sans précédent. La vie est en danger et il ne fait plus de doute que les décennies à venir seront constellées de drames écologiques parfois irréversibles.

Le fascisme s’installe confortablement. Le nouveau président du Brésil, homophobe, climato-sceptique, misogyne et raciste triomphe facilement de ses adversaires. Au Yémen, la crise humanitaire plonge des millions de personnes dans la famine, un enfant décède tous les quarts d’heure.

En parallèle, les réfugiés continuent de mourir massivement en Europe, donnant lieu à un drame sourd devant nos frontières closes.

En France, on dénombre 600 000 pauvres de plus en dix ans, des milliers de SDF perdent la vie chaque année dans les rues, la précarité professionnelle touche plus de 3 millions de personnes et la pollution tue 40 000 de nos concitoyens tous les ans.

Sans mentionner – les gens sérieux ne parlent pas de ces choses-là – que cent milliards d’animaux sont tués chaque année dans des conditions épouvantables.

C’est dans ce contexte que se prépare donc, en France, ce qui s’annonce comme « la manifestation événement » du moment.

Hélas, il ne sera ni question de mettre fin au saccage de la planète, ni de réclamer un peu de partage ou de décence, ni de tenter d’imposer la solidarité avec les peuples opprimés ou massacrés. Il s’agira de dénoncer la hausse du prix du carburant, alors même que la distance qu’il est possible de parcourir avec un SMIC a été multipliée par 4 en quelques décennies …

Oui, il y a là quelque chose de triste et presque d’obscène.

Oui, les priorités qui se dessinent sont littéralement injustifiables, quel que soit le prisme.

Il faut pourtant demeurer mesuré dans l’analyse.

D’abord parce que l’argument consistant à exhiber un « plus grand problème » n’est pas génériquement recevable pour invalider la dénonciation d’un problème mineur. C’est à partir de l’infime que se déploie l’immense et le détail n’est jamais négligeable. Mais, dans ce cas particulier, il s’agit de défendre l’utilisation débridée des automobiles qui participent activement à l’effondrement en cours …

Ensuite, et c’est évidemment un point nodal, il ne saurait être question d’ignorer ceux qui vivent difficilement et ont besoin de se déplacer. C’est précisément pourquoi toute politique écologique sensée ne peut qu’être également une politique de partage. C’est précisément pourquoi il est essentiel de se mobiliser (mais l’étions-nous ?) pour que la SNCF demeure une entreprise publique qui entretient ses lignes « non rentables » pour assurer une bonne desserte du territoire, même hors des zones urbaines. C’est précisément pourquoi la nécessité tendancielle de « sortir de l’automobile » – qui ne peut être remise en question parce qu’elle est vitale – doit évidemment être accompagnée d’exceptions circonstancielles et de mesures sociales.

Shell © C. Marcandier

Ne nous laissons pas berner. Ne nous laissons pas enfermer dans un schème simpliste et mystificateur qui voudrait que cette manifestation soit celle des pauvres gens contre les bobos et les nantis. C’est exactement l’inverse. Elle risque de prendre la forme de la défense d’un système à l’agonie, humainement oppresseur et écologiquement dévastateur.

Tout l’enjeu consiste à ne pas nous opposer à une évolution qui ne peut être qu’inexorable si l’on veut ménager un avenir vivable : il faut sortir des énergies fossiles et donc, entre autres, aller vers une « exceptionnalité » de l’automobile. Mais il ne saurait être question de faire, une fois de trop, porter l’effort associé sur les plus démunis. La question est donc plus subtile que le « pour ou contre » et l’urgence consiste donc ici à réclamer le droit à la nuance.

Quelles que soient nos priorités ou difficultés individuelles – et elle peuvent être immenses, on le sait – est-il bien décent, dans un monde à l’agonie, de se mobiliser pour le prix du carburant ? Ne se trompe-t-on pas radicalement de combat ? L’avenir sera possible s’il est écologique et social. Déjouons le piège des groupes pétroliers et des leaders populistes qui veulent opposer ces aspirations à la vie.