souviens-toi-jonathan

Cette année, je ne suis pas allé à Angoulême. Et je le regrette. Je le regrette parce que malgré une propension à la misanthropie et à l’agoraphobie qui me conduisent parfois à préférer les bulles dévorées en solo dans mon salon aux salons rassemblant des bédévores dans une bulle, le programme de cette 44ème édition était au demeurant et a posteriori très alléchant.

Benoît Hamon, pas encore interrompu
Benoît Hamon, pas encore interrompu

Malgré lui, hier soir, dans l’euphorie nue de sa victoire, Benoît Hamon a été le candidat de la coupure – l’homme politique inattendu, celui, décidément sans image, qui ne doit pas parvenir à l’image elle-même, qui doit se voir coupé de la télévision.
De fait, alors que, vers 21h, un triomphe sans appel le portait, de juste raison, à être enfin le candidat inespéré d’un PS moribond et à refonder, l’homme qui entamait son discours sous les micros et les caméras éberlués des télévisions qui, en dépit de toutes leurs caméras de surveillance, ne l’avaient pas vu venir et ne l’avaient pas regardé, Benoît Hamon donc a été coupé.

MEL

Samedi 28 janvier, Diacritik a eu l’honneur et le plaisir d’être invité à participer aux 10è Enjeux de la Maison des écrivains et de la littérature, pour dialoguer avec En attendant Nadeau et Vacarme de la place de nos publications dans le champ contemporain, de ce « désir de revue », « né d’un désaccord ou d’une envie de le créer », comme le disait Alain Nicolas qui animait le débat.