resize

Peut-on aimer le dernier épisode de La Guerre des étoiles ? Je veux dire, tranquillement, comme on aime un film, sans devoir rendre des comptes aux fans, qui trouveront que J.J Abrams trahit les « chefs d’œuvres » originels de Lucas (je veux dire : ceux de 77, 81 et 85, après, c’est n’importe quoi) ni aux Malraux de Prisunic pour qui aller voir le film le jour de sa sortie avec une certaine excitation correspond à serrer la main au maître américano-impérialiste Disney à Montoire…

12391367_1075198975865393_3845687071317267731_n

La revue Le Chant du monstre publie un long extrait de La Mèche, pièce de théâtre d’Alban Lefranc dont la création, par la compagnie Le Menteur volontaire, est prévue pour 2017. L’écrivain y met en scène Göbbi, Eva, Romi, La Mèche, Strasser, Himmli, Göri, Hess, mais aussi Spirou et Candide, dans une pièce qu’il refuse de dire historique tant elle dépasse le seul cadre de l’accession d’Hitler au pouvoir, tant elle est de fait anhistorique dans sa saisie d’une violence dans l’histoire, d’un travail sur « l’espèce de ventre mou de notre présent », la gangrène d’un langage figé sur des idéologies et des images, tissé de mots qui perdent tout sens. La représentation, le travail sur les personnages comme figuration de forces de l’Histoire, une forme de distanciation héritée de Brecht permettent une réflexion sur « ce qui est en jeu ». Comme l’écrivait Brecht de son Arturo Ui, « c’est une parabole, conçue dans le but de détruire le respect habituel et dangereux devant les grands tueurs ».

 bee tara

Écrivain américain vivant, né à Los Angeles en 1964. Auteur de six romans et d’un recueil de nouvelles, en attendant la suite : Bret qui agace, Bret qui énerve, Bret qu’on vénère… Bret, le sale môme de la littérature américaine, le génie qui a changé la face du monde de l’écriture à jamais. BEE, pour les intimes, les aficionados qui considèrent qu’évoluer dans la sphère intellectuelle n’est pas envisageable pour quiconque n’a pas lu au moins un de ses livres. Et écrire, n’en parlons pas.
« Comment peut-on être persan ? », interrogeait Montesquieu. Mais « comment peut-on ne pas avoir lu BEE ? », se demande Tara Lennart.